Bastia-Nancy, un match qui tombe à pic !

Elle a fait mal, cette défaite à Saint-Etienne. Elle est difficile à encaisser car elle n'était pas méritée, car les Bastiais ont tout donné et qu'ils s'inclinent sur un coup du sort. Elle a fait mal car elle confirme, année après année, que personne ne fera de cadeau au Sporting, bien au contraire. Mais elle a permis aussi d'entrevoir, une fois de plus, une très belle équipe bastiaise. Solide défensivement, percutante devant, tactiquement au point. Comme contre le PSG la défaite est amère mais pleine d'espoirs. Et comme le disait très justement François Ciccolini en conférence de presse au sortir de sa déconvenue Forezienne, le match de Nancy tombe très bien : il ne nous laisse pas le temps de gamberger. 72h à peine après leur rentrée aux vestiaires de Geoffroy-Guichard, les Bastiais vont rechausser les crampons, in casa soia ce coup-ci. Et l'adversaire du soir paraît, il faut le dire, à la portée des turchini. Les lorrains pointent à l'avant-dernière place du classement, n'ont remporté qu'une victoire sur le terrain de Lorient, et n'ont pas montré grand-chose pour le moment. Pour le coach Ciccolini, Nancy est une équipe physiquement costaud, avec de grands gabarits. "Ils risquent de nous attendre, de laisser venir, et de jouer en contre car ils ont des attaquants très rapides devant." Mais l'entraîneur rassure sur l'état physique de ses troupes (qui semblaient, il est vrai, particulièrement éreintées à la fin du match à Geoffroy-Guichard) : "Les joueurs ne doivent pas jouer s'ils ne sont pas à 100%. Les meilleurs jouent, c'est tout. D'ailleurs ça va être à peu près les mêmes joueurs qu'à Saint-Etienne, avec peut-être un autre schéma".

En effet, seul Abdelhamid El Kaoutari,  légèrement blessé, sera absent contre Saint-Etienne, ainsi que Jeff Acheampong. Gaël Danic et Thievy Bifouma font, eux leur rentrée. Thomas Vincensini lui, remplace Paul Charruau. Mais a priori, le 11 de départ ne diffèrera pas vraiment de celui qui a débuté dans le Forez.

Mais François Ciccolini craint, plus encore que les joueurs adverses, l'homme en noir. "Ce qui me fait peur c'est l'arbitrage, pas le match. J'espère que M.Hamel sera dans de meilleures dispositions que M.Letexier!". En effet, au regard des statistiques, le Sporting est détenteur d'un étrange record : celui du plus grand nombre de cartons en fonction des fautes sifflées. 70 fautes et 20 cartons, cela fait un carton jaune toutes les 3,5 fautes, alors que les autres équipes tournent autour d'un carton toutes les 10 ou 15 fautes. Particulièrement inquiétant quant au traitement réservé par les arbitres. Cela n'empêche toutefois pas les Bastiais d'attendre sereinement les échéances à venir. Pour Enzo Crivelli, cette semaine doit être une semaine à six points, et cela commence par une victoire contre Nancy ce mercredi : "Il faut bien commencer la première de ces deux rencontres. Il faut bien gagner ! Et après, on verra !" Chè Diu ti senti !

À lire également

Ricevete a lettera