Incù u core !

Assez parlé de la pelouse, du mauvais temps, des tribunes fermées : place au jeu. Tel était le mot d'ordre des hommes de François Ciccolini et de l'entraîneur lui-même au départ de ce match contre l'En-Avant de Guingamp. Un invité du soir très en jambes en ce début de saison, qui pointe à la sixième place avec 11 points, 5 longueurs d'avance sur les Bastiais. En tribune Lorenzi, un aussi puissant qu'inhabituel kop s'était formé dans la zone dite du "triangle des bermudes" et donnait de la voix dès les premières secondes pour ce match un peu spécial. La première action à la 5e minute est l'oeuvre de Ludovic Blas pour Guingamp, bien captée par Jean-Louis Leca qui s'échauffe avec cette première banderille.  A côté de cela, il faut attendre la vingtième pour voir le premier frisson traverser Armand-Cesari. Enzo Crivelli, sur une très belle passe de Diallo, est en position de un contre un face à Johnsson, mais l’attaquant bastiais manque son face à face. Les Bastiais sont concentrés sur leur match et on sent encore une fois qu'il manque très peu pour concrétiser. A la 24e minute, Yannick Cahuzac subit une grosse charge non sanctionnée par M.Delerue. Emporté par son élan, Gaël Danic emporte un pied rouge et noir à la 26e minute et est immédiatement sactionné d'un carton jaune. Marçal, l'ex-futur bastiais, écope lui aussi de sa gallette deux minutes plus tard sur une grosse faute à l'encontre du feu-follet Saint-Maximin. Autre faute à la 35e, sur Gaël Danic qui prend un gros coup, que M.Delerue ne juge pas utile de siffler. Pendant ce temps, les guingampais vont de l'avant et passent près de concrétiser leur action, ce qui était sans compter l'impériale sortie de Jean-Louis Leca. Coup de théâtre à la 37e minute, Amaury Delerue sort (décidement!) le rouge à l'encontre de Marçal qui venait de commettre sa seconde grosse faute du match. Avantage numérique, donc, pour les bleus... Sauront-ils en profiter ? Evidemment, suite à ce fait de jeu, les guingampais cherchent la compensation et passent plus de temps au sol que sur leurs deux jambes à l'image de Kerbrat à la 44e minute. La pause arrive dans la foulée. Dès la reprise, à la 46e minute, Gilles Cioni envoie une magnifique volée dans les bras de Johnsson. Juste après, Gaël Danic affole la défense guingampaise et centre pour Crivelli qui ne parvient pas à s'imposer face à deux défenseurs rouge et noir. Ca pousse, ça pousse ! De la reprise jusqu'à la 60e, c'est de l'attaque-défense. Aucune occasion spécifique à retenir, mais une omniprésence bastiaise dans la défense bretonne ! Sadio Diallo passe tout près de l'ouverture du score à la 61e minute, d'une tête qui passe juste au dessus des cages de Johnsson. 65e minute, Allan Saint Maximin illumine Furiani d'une frappe enroulée qui frappe la transversale...  66e : sortie de Diallo et entrée de Thievy Bifouma . 70e : sortie de Gaël Danic et entrée de Lenny Nangis. On tente le tout pour le tout côté Bastiais. Et c'est payant : une combinaison entre Cioni et Bifouma sur le côté droit atterrit dans les pieds d'Enzo Crivelli qui la met au fond ! Joie de courte durée pour les Bastiais qui voient le buteur du soir expulsé dans une action anodine aux avants-postes. Le carton rouge semble assez incompréhensible. Il faut dire qu'en l'espace de deux matchs, M.Delerue avait asséné 3 cartons rouges aux adversaires du Sporting ! Il fallait bien qu'il se rattrape... La fin de match est complètement folle, allant d'un but à l'autre les deux équipes profitent de grands espaces causés par ces deux expulsions.  Marange remplace Saint-Maximin à la 89e. Les bastiais, au courage, arrivent à gagner d'une courte tête. Soulagement!

À lire également

Ricevete a lettera