Lorient-Bastia : présentation du match

WEB5N3A7228.jpg

Seconde rencontre de cette saison 2016/2017 à peine, et déjà beaucoup d'attentes pèsent sur les bleus en ce début de saison après une belle prestation contre Paris. 

Après les paillettes, les polémiques, les caméras du monde entier, retour au réel, au quotidien de la L1 pour le Sporting avec ce match contre Lorient. La tempête médiatique autour de l'événement dit "Lucas" contre le PSG a fait oublier l'excellente prestation du groupe bastiais que d'aucuns décrivaient comme inapte à disputer une rencontre de Ligue 1 à ce stade de préparation. Et cette performance, bien que soldée par une courte défaite, fut de nature à donner confiance aux supporters, mais également aux joueurs et au staff. Loin de l'écart de classe annoncé, c'est un Sporting combatif et rapide en contres que l'on a découvert pour cette grande première à Furiani, équipe qui aurait tout à fait pu l'emporter face à un Paris loin d'être écrasant.

Du coup,  l'attente est importante sur les joueurs de François Ciccolini. Le Sporting a tenu tête au quadruple champion de France, il ne serait pas logique qu'il courbe l'échine face à des merlus qui, bien qu'ayant la réputation de produire du jeu, s'enfoncent année après année dans le ventre mou. D'autant plus d'espoirs pour les Bastiais que le groupe lorientais se retrouve amputé de sa charnière centrale Lautoa-Touré, (le premier étant blessé et le second suspendu) et devra bricoler pour construire une défense qui tient la route, notamment autour du milieu de terrain François Bellugou qui descendrait d'un cran pour prêter main forte à ses coéquipiers de derrière. Si à Bastia, l'entraîneur se plaint parfois d'avoir peu de profondeur de banc en défense, on peut dire que les orange bretons sont loin d'être mieux lotis.

Côté bleu en revanche, quasiment aucun changement par rapport au groupe qui a affronté le PSG, si ce n'est Abdoulaye Keita prenant la place de Gaël Danic. Le groupe est reconduit, mais le coach annonce une formation qui lui est "plus familière", moins déroutante en tout cas que le 4-3-3 aligné contre le champion en titre. Quoi qu'il en soit, l'équipe bastiaise va au Moustoir pour jouer crânement sa chance, et Ciccolini l'a confirmé en conférence de presse : ce n'est pas pour défendre ou pour faire de la figuration que les turchini sont partis. Bien au contraire. Reste à voir désormais si la préparation et la tactique mise en place par les bastiais étaient bonnes, ou du moins suffisantes pour faire frire les merlus.

À lire également

Ricevete a lettera