SCB 2-1 TFC : A vittoria di u curagiu !

14183926_1102847806431627_2032225172278515128_n.jpg

On attendait beaucoup, du côté bastiais, de ce match contre Toulouse. Après un début de saison haut en couleurs où les bleus sont passés par toutes les émotions, cette rencontre à domicile sonnait comme le retour à la réalité habituelle de la Ligue 1. Mais si Toulouse n'est pas une équipe réputée pour jouer fréquemment les places européennes, ce n'est pas un invité à prendre à la légère. Invaincus depuis le début de saison, les hommes de Pascal Dupraz n'ont encaissé que 2 défaites sur leur 13 derniers matchs en Ligue 1. Autant dire que la tâche n'était pas aisée côté bastiais pour les mettre en déroute. Sur la feuille de match, Pierre Bengtsson faisait sa première rentrée en défense côté gauche, alors que Gilles Cioni remplaçait Alexander Djiku blessé à Caen. Dès les premières secondes c'est Allan Saint-Maximin qui, comme à son habitude, se met en lumière, subissant deux fautes et obtenant un corner dans les trois premières minutes. La percussion bastiaise se fait ressentir aux avants-postes dans les dix premières minutes avec une défense Toulousaine qui peine à sortir de ses bases. L'ancien stéphanois aux tresses blondes fait à nouveau parler de lui à la neuvième minute, envoyant un centre au cordeau pour Enzo Crivelli capté in-extremis par Lafont. A la 13e minute, un beau coup-franc est sifflé pour le Sporting et c'est à nouveau Saint-Maximin qui s'en charge. Le ballon parfait trouve la tête de Sébastien Squillaci qui ne parvient pas à cadrer.  A la seizième minute Gilles Cioni écope d'un carton jaune pour une faute sur Blin près du rond central. Pendant ce temps, Allan Saint-Maximin qui redescend défendre subit une nouvelle faute de Yago. A la 20e minute Sadio Diallo inscrit le premier but de cette rencontre en récupérant la balle puis rentrant en force dans la surface de réparation sans se poser de question. Lafont n'a rien pu faire. Il évite cependant aux bastiais de doubler la mise deux minutes plus tard sur une percée fantastique de Lenny Nangis côté gauche, qu'il écarte du pied. La première action pour Toulouse intervient à la 25e minute, où un tir de Pi est facilement capté par Jean-Louis Leca. Bastia domine largement cette première période, et les bastiais se montrent clairement à leur avantage. A la 32e minute un coup-franc d'Oscar Trejo met quelque peu en difficulté les bastiais lors d'une action confuse, mais la défense bleue s'en sort sans encombres. Cela rappelle qu'on doit tout de même rester vigilant... Encore une percée toulousaine deux minutes plus tard avec un tir mou de Braithwaite qui finit dans les bras de Jean-Louis Leca. Rien de grave, mais le danger se rapproche ! La fin de la première période est calme, les organismes semblent fatigués dans cette fin d'été. La seconde mi-temps sera placée sous le signe de l’agressivité. Les Toulousains, accablés dans le jeu, décident de mettre le pied et de faire « disjoncter » les Bastiais. Ces derniers ne rentrent pas dans le jeu. Sur une action contre le cours du jeu, Braithwaite égalise pour Toulouse. S’en suit une échauffourée à cause d’une énième provocation côté toulousain, dont on comprend clairement la tactique dans cette deuxième mi-temps. Mais ce sont les Bastiais qui réussiront, au terme d'une longue pression, à marquer le second but ! Pierre Bengtsson sur un coup franc extraordinaire en pleine lucarne donne l'avantage aux bleus. Et le stade se libère, ainsi que les turchini, qui engrangent encore de belles occasions sur coup de pied arrêté dans les dernières minutes ! Ultime frayeur à la 93e minute sur un coup franc toulousain... Mais c'est gagné pour le Sporting. La fin de match est sifflée sur cette belle victoire du Sporting qui se donne de l'air et qui remporte donc son premier match dans l'antre d'Armand-Cesari qu'on espère voir inviolée pour de longues semaines dorénavant.    

À lire également

Ricevete a lettera