AIÒ, TUTTI !

Blessée à Troyes vendredi dernier, la bête bastiaise doit relever la tête après-demain face aux monégasques de Marco Simone et retrouver tout le mordant qui a fait sa force durant des mois.

[tab: in Corsu]
Ferita in Troyes venneri passatu, a squadra bastiaccia duverà pisà u capu dopu dumane contr'à i munegaschi di Marco Simone è ritruvà u fiatu chì hà fattu a so forza durante l'ultimi mesi.

Hè in a sfurtuna ch'elli si vedenu i veri spurtivi...
Ci sò e disfatte chì culpiscenu. Tutte danu a pena in capu, d'altre a pena à u core. Quella arregistrata in Troyes a settimana scorsa hè siguramente à mette in a segonda categuria. In gamba in u campiunatu malgradu duie partite dispiacenti contr'à Le Havre è Clermont, i turchini anu mustratu un visu inchietante nant'à u terrenu di u stade de l'Aube, lascendu cascà i puntelli chì anu fattu a so forza dapoi lugliu 2010. À sapè a generosità, a sulidarità, è un spiritu di guerrieru.

Allora, semplice sbagliucciu o male più prufondu ? Un principiu di risposta serà purtatu durante a settesima ghjurnata è Frédéric Hantz a sà più ch'è l'altri. Cuscente chì e so truppe duveranu ritruvà l'orgogliu pè pisà u capu, l'intrenore bastiacciu hà travagliatu assai dapoi sabbatu di manera chì a lucumutiva si rimetta in avanti.
In fin'di contu, nunda di megliu ch'è stu bellu affissu pè rimettesi in marchja ? Una partita televisata, in un stadiu pienu, ghjucadori rinumati... L'argumenti ùn mancanu è tuttu hè addunitu per chì u spetaculu sia bellu in Armand Cesari, chì turnerà à ritruvà u filu di a storia ricevendu l'ASM, sette anni dopu à a so ultima venuta di dicembre 2004, davanti solu à 4 700 spettatori.
Venneri, duveranu esse più di 12 000, pè una ghjurnata di Lega 2, à vene pè sustene i turchini cun passione è ardore pè pruvà di pigliassi trè punti novi è cuntinuvà à sunnià...

Bella sigura, Monaco ùn hè d'accunsentu. Rilegatu à a surpresa generale, u finalistu di a Champion’s League 2004 pare ch'ellu ùn appia digeritu sta trafalata è cuntinuveghja à capiciuttà ghjurnata dopu à ghjurnata. U schjaffu pigliatu contr'à Angers (1-3) à Louis II averà marcatu a fine di l'epica Banide, cumminciata qualchì mese fà. Pè curassi, i dirigenti munegaschi anu chjamatu à un anzianu di u club, Marco Simone, chì si calerà nant'à pè a prima volta nant'à u bancu di l'intrenori in Furiani, induve u talianu ùn hà vintu ch'è una sola volta in quattru spiazzamenti in tantu ch'è ghjucadore (duie disfatte cù u PSG, una disfatta è una vittoria cun l'ASM).

Per ellu, l'ogettivu hè semplice, ci vole à riparte nant'à fundazioni nove : « simu in a precipitazione pè preparà à Bastia. Aghju da dà duie regule è fà in sorte ch'elle sianu appiegate », hà dichjaratu in e culonne di France Football.

Pudemu dunque aspettacci à una partita disputata assai, trà duie furmazioni chì ùn anu più cunnisciutu a vittoria dapoi parechje settimane è à quale li garberà di ripigliassi.
Pè i nostri turchini, a sfida serà tamanta è ci derà qualchì indicazione in più in quant'à e so pussibilità di ghjucà un rollu in stu campiunatu...

FORZA TURCHINI
UNITI, VINCEREMU !

[tab: Français]
C’est dans l’adversité que l’on voit les vrais sportifs…
Il y a des défaites qui font mal. Mal à la tête comme l’ensemble d’entre-elles, mal au cœur pour d’autres. Celle enregistrée à Troyes la semaine dernière est sans nul doute à classer dans la seconde catégorie. Bien en jambes dans ce championnat malgré deux sorties malheureuses au Havre et contre Clermont, les bleus ont affiché un visage inquiétant sur la pelouse du stade de l’Aube, abandonnant tout simplement les principes de bases qui ont fait leur force depuis juillet 2010. A savoir la générosité, la solidarité et un état d’esprit de guerrier.
Alors, simple faux pas ou maux plus graves ? Un début de réponse sera sans doute apporté lors de cette 7ème journée et Frédéric Hantz le sait mieux que personne. Conscient du sursaut d’orgueil que ses troupes devront avoir, le coach bastiais a longuement travaillé depuis samedi pour faire en sorte que la locomotive reprenne sa marche en avant.
Et finalement, quoi de mieux que cette belle affiche pour remettre les gaz ? Un match télévisé, dans un stade plein, des joueurs de renom… Les arguments sont tels que tout est réuni pour que le spectacle soit grandiose à Armand Cesari, qui renouera avec les fils de l’histoire en accueillant l’ASM, sept ans après sa dernière venue en décembre 2004, devant seulement 4 700 spectateurs.
Vendredi, ils devraient être plus de 12 000, pour une journée de Ligue 2, à venir soutenir les bleus avec passion et ferveur pour tenter de s’offrir trois nouveaux points et des rêves plein les yeux…

Forcément, Monaco ne l’entend pas de la même oreille. Relégué à la surprise générale, le finaliste de la Champion’s League 2004 n’a semble-t-il toujours pas digéré cette déconvenue et s’enlise même journée après journée. La claque infligée par Angers (1-3) au Louis II aura marqué la fin de l’ère Banide, à peine commencée il y a quelques mois. Pour panser les plaies, la très haute direction monégasque a fait appel à un ancien de la maison, en la personne de Marco Simone, qui s’assoira ainsi pour la première fois sur un banc à Furiani, où l’italien ne s’est imposé qu’une fois en quatre venues en tant que joueur (2 défaites avec le PSG, 1 défaite pour 1 victoire avec l’ASM).
Pour ce dernier, l’objectif est simple, repartir sur de nouvelles bases « on est dans la précipitation pour préparer Bastia. Je vais donner deux principes et faire en sorte qu'ils soient appliqués », a-t-il déclaré dans les colonnes de France Football.
On peut donc s’attendre à une rencontre disputée entre deux formations qui n’ont plus gouté aux joies de la victoire depuis quelques semaines et qui auront certainement à cœur de se reprendre.
Pour nos bleus, le challenge sera de taille et nous donnera quelques indications de plus quant à leur possibilités de jouer un rôle dans ce championnat…

FORZA TURCHINI
UNITI, VINCEREMU !

À lire également

Ricevete a lettera