Anziani et Pieri sur RCFM

Invités par nos confrères de Radio Corse Frequenza Mora ce midi, Albert Pieri et Philippe Anziani ont fait le point sur la saison passée avant de dévoiler les intentions du club bastiais pour les semaines et mois à venir. Résumé...

a5-1La saison passée
Albert Pieri : « Je m’attendais à autre chose. On est déçu car on pensait terminer à une meilleure position. Il y a eu pas mal de problèmes, ça n’a pas été facile et il y avait un manque de communication.
Le bilan est négatif. Quand on voit Boulogne ou d’autres clubs comme Montpellier qui ont répondu présent, je pensais qu’à un moment donné on aurait également pu rivaliser.
Il y a eu des problèmes de fonctionnement. Quand j’ai demandé à Philippe Anziani de descendre reprendre la CFA2 ce n’était pas pour rien, c’est que ça n’allait pas. Il y avait un manque de communication entre les entraineurs de la réserve et celui des professionnels par la faute un peu de tout le monde. Il ne faut pas se cacher, un tas de choses n’allaient pas. A un moment donné il a donc fallu prendre des décisions, ce qui a été fait.
Licencier un entraineur, c’est facile à dire. Après il faut regarder les conséquences. Personnellement, je l’ai soutenu jusqu’à la fin, il avait un contrat et j’ai essayé de faire du mieux possible. Ca ne passait plus, vous l’avez vu, on ne cache rien. Les résultats ne suivaient pas trop et il y avait un problème financier. Mais il n’y a pas que ça. On ne peut pas tout chambouler du jour au lendemain. Si encore nous avions des moyens… C’est difficile d’être tous les jours derrière un coach pour essayer de savoir ce qu’il se passe. La saison a été très difficile et fatigante.
Maintenant, nous repartons sur de nouvelles bases avec un nouvel entraineur en espérant y arriver. »

Le passage positif devant la DNCG
AP : « On s’y attendait un peu, ça c’est très bien passé. Ca nous permet de pouvoir travailler plus tranquillement. Les gens qui étaient en face de nous nous ont fait confiance.
L’an passé, le budget était d’environ 10M€ et sera de 8,5M€ pour la saison à venir. On va faire avec, sans se prendre pour ce que l’on n’est pas, il faut que tout le monde se mette en tête que nous sommes une petite équipe. On a de très petits moyens. Il ne faut pas se voiler la face et dire les choses telles qu’elles sont. Mais on va travailler et on verra ce que l’on peut faire. »

Philippe Anziani : « J’ai accepté le projet du club et je remercie les dirigeants d’avoir pensé à moi. Il y avait beaucoup de candidats sur la liste, je suis très fier d’avoir accepté ce challenge qui est important mais qui ne me fait pas peur.
C’est moi troisième saison au Sporting, je connais bien ce groupe et les joueurs, ce qui représente un avantage. »

Le projet 2009/2010
PA : « Nous travaillons aujourd’hui sur le recrutement en essayant de monter une équipe compétitive avec des profils de joueurs que j’ai demandé. Il est certain que plusieurs éléments nous ont quittés car ils étaient en fin de contrat, d’autres sont toujours là mais à qui on a demandé qu’ils trouvent un club parce qu’ils ne correspondent plus à ce que j’attends d’eux et on travaille à l’heure actuelle avec la cellule de recrutement sur le profil de certains joueurs. Ca se passe plutôt bien même si c’est en stand-by.
Ca donnera un groupe renouvelé à 50% avec des joueurs confirmés - si on peut les avoir - mais il ne faut pas oublier qu’il y a les jeunes derrière. J’ai connu cette situation à Sochaux et ça s’était plutôt pas mal passé. On travaille donc à former une équipe cohérente et équilibrée à chaque poste. »

Le profil des joueurs recherchés
PA : « En priorité, nous recherchons un attaquant confirmé puisque derrière nous avons des jeunes comme Gaffory, Khazri et Niangbo qui promettent. On cherche à les associer à Pierre-Yves André. Puis, un milieu excentré gauche et un défenseur central si possible excentré gauche. On aimerait surtout ne pas se tromper sur ce profil de joueur qui va venir. »
AP : « Je tiens à préciser que ce sont les coachs qui font le recrutement, les dirigeants se contentent de gérer le financier. On ne pourra donc pas venir nous reprocher le recrutement d’un joueur. En clair, l’entraineur est le patron. »
PA : « Je m’en réjouis. Car c’est toujours l’entraineur qui a un moment donné subi les conséquences. Il est donc important que je puise moi-même choisir les joueurs qui viendront au Sporting. Je le redis, c’est une chose très importante et il ne faut pas se tromper.
On travaille sur des profils de joueurs d’un point de vue sportif mais aussi mental. Je connais quelques joueurs que j’ai contactés et que j’ai pu côtoyer à Sochaux. Je connais bien leur mentalité, je sais comment ils vivent, ce qu’ils ressentent et aujourd’hui on cherche des éléments qui pourraient nous intéresser sur le plan sportif, mais qui correspondent aussi au Sporting Club de Bastia. »

Les objectifs
PA : « On fera tout pour réaliser le meilleur championnat possible, gagner le maximum de matchs, d’être assez rapidement sorti de cette zone difficile et de reconquérir le public en produisant du jeu et en affichant un bon état d’esprit. J’ai mes idées, mes conceptions de jeu et j’espère que l’on vivra une belle saison. Je demanderai aussi aux joueurs d’être dans un état d’esprit de collectif et surtout de gagner des matchs.
J’aime bien que mon équipe soit joueuse, qu’elle attaque. Plusieurs dispositifs sont possible même si j’apprécie tout particulièrement le 4-4-2 avec des attaquants de pointe. Maintenant ce système de jeu peut évoluer par rapport à pas mal de choses. »

Philippe Anziani, l’entraineur
PA : « J’ai eu une première expérience à Sochaux lorsque l’on m’avait proposé de prendre l’équipe professionnelle qui était très jeune, je pense aussi que je n’étais pas assez armé pour. Malgré tout, on avait eu de bons résultats et beaucoup de jeunes se sont révélés suite à cette saison.
Aujourd’hui, après dix ans de formation, d’écoute, de terrains et de recul, j’estime avoir le potentiel pour entrainer une équipe professionnelle. »

Le public
AP : « D’abord, il ne faut pas se prendre pour ce que l’on est pas. Il faut que les supporters le comprennent.
Ce que je leur demande, c’est d’être présent, de supporter le club. Pas ce que j’ai vu à Ajaccio. On a besoin des gens qui viennent supporter le club avec le cœur. On a vraiment besoin d’eux, il faut qu’ils viennent nous aider. Pas dans un esprit de « rompe tuttu » et prendre conscience que le Sporting est en Ligue 2, qu’il faut le respecter.
Ce club a une identité, une histoire. Le Sporting n’est pas à moi, mais a tous. Tout le monde a le droit de venir l’aider. Je suis prêt à recevoir tout le monde. Nous ne sommes pas plus bêtes que les autres. »
PA : « Il ne faudra rien lâcher à domicile, c’est pour cela qu’il faut s’attacher de joueurs de caractère et de mentalité. Perdre trop de points comme cette saison est pénalisant. »

À lire également

Ricevete a lettera