Bastia 2-2 Sedan : la revue de presse

Le choc de cette 16ème journée a donc accouché d'un nul entre Bastia et Sedan. Un point pris pour le SCB qui lui permet d'être à trois points du troisième Reims, alors que deux matchs restent à jouer avant une fin d'année qui devrait nous offrir plus de lisibilité au classement. Revue de presse.

SPORTS.FR
Bastia miraculé

Pour son retour à Furiani après un rapide exil à Créteil, Bastia est revenu de l'enfer pour arracher au bout du temps additionnel de la seconde période, face à Sedan, un point miraculeux mais aussi mérité (2-2), vendredi soir lors de la 16e journée de Ligue 2. Sedan reste quatrième, alors que le leader clermontois conforte son avance après son succès à Angers (0-1).

Furiani est passé par tous ses états. Heureux de retrouver leur équipe après l'exil à Créteil, conséquence de la bagarre générale qui avait éclaté lors de la réception de Lens le 3 octobre dernier, les supporters corses ont accueilli le coup de sifflet final de Bastia-Sedan (2-2) avec un grand cri de joie, ce vendredi, lors de la 16e journée de Ligue 2. Avec un seul point pris lors des deux derniers matches de championnat, le FCB se devait de repartir de l'avant pour ne pas perdre de vue le podium. Pour la troisième fois de suite, les hommes de Frédéric Hantz n'ont pas réussi à s'imposer.

Mais, menés 2-1 jusqu'à la 95e minute de jeu, les Bastiais peuvent tout de même arborer un sourire en coin tant ce point arraché tient du miracle. Au coeur d'une défense ardennaise furieuse de ce temps additionnel à rallonge, François Marque était à la retombée d'un corner joué à la va-vite au second poteau, et trompait de la tête un Ulrich Ramé en feu jusque-là (90e+5). En feu, parce que le FCB de Wahbi Khazri, auteur de l'ouverture du score juste avant la pause (45e), a dominé de la tête et des épaules la seconde période. Mais sur deux sautes de concentration, Mamadou Diallo (57e) et Naim Sliti (87e) permettaient à Sedan de croire au hold-up.

CSSEDAN.COM
Ulrich Ramé avait pourtant montré la voie...

A l'occasion de la 16ème journée de championnat, le CSSA se déplaçait en Corse, dans un stade et contre une équipe qui ne lui réussissent que rarement. En effet, depuis 6 ans, les ardennais ne comptent qu'un match nul pour 3 défaites, n'inscrivant que 3 buts contre 9 encaissés. Ajoutez à ces statistiques une 1/2 finale de Coupe de France également perdue, et l'ampleur de la tache apparaissait nettement. Pourtant, sans craintes, les Sedanais allaient rapidement se procurer 2 très belles occasions. Mais Mamadou Diallo, puis Mickael Le Bihan frappaient à coté ! Cependant, Bastia n'était pas en reste, et Ulrich Ramé devait également s'employer afin de conserver ses filets inviolés. Les deux formations, très joueuses et portées vers l'offensive, meilleures attaques de Ligue 2, se rendaient coup pour coup. Cela donnait un rythme enlevé à la rencontre, le SCB pressait et poussait un peu plus fort, offrant par là-meme plus d'espaces en contre au CSSA. Sur l'un d'eux, Kassim Abdallah s'engouffrait dans un boulevard entrièrement disponible avant de saisir Nicolas Fauvergue. Malheureusement, le Fauv' ne convertissait pas l'offrande ! Sedan gachait les opportunités de s'envoler au tableau d'affichage, ce qui rendait Laurent Guyot plus que mécontent, d'autant que ses joueurs restaient en permanence sous la menace de Corses véritablement enragés en attaque. Et ce qui risquait d'arriver se produisit... Sur un contre, Maoulida servait Khazri, seul au second poteau, et le Sporting prenait l'avantage ! A 15 secondes de la pause. A défaut d'etre totalement contre le cours du jeu, c'était néanmoins fortement cruel pour les vert-et-rouge.

En seconde période, les 2 équipes reprenaient sur le meme tempo, avec des Corses toujours portés vers l'avant. A la 56ème minute, Mamadou Diallo allait permettre à ses coéquipiers de concrétiser (enfin !) leur engagement et leur volonté. Dans la foulée, Ulrich Ramé devait s'interposer avec brio pour éviter un doublé du buteur insulaire. Ce match, d'excellente facture, pouvait basculer d'un moment à l'autre en faveur de l'un ou l'autre. Les 22 acteurs jouaient pour la gagne, se livrant sans compter. Bastia se positionnait certes plus haut, mais si Sedan acceptait de reculer un peu, c'était pour étirer le bloc adverse, et mieux trouver des failles au milieu. Les occasions s'enchainaient, légèrement plus nettes en faveur des bastiais, mais la défense veillait. Il y avait toujours un pied ou une tete pour écarter le danger. Et si cela ne suffisait pas, derrière, l'expérimenté Ulrich Ramé assurait l'essentiel. Alors que l'on s'acheminait vers un match nul qui aurait pourtant satisfait les 2 parties, Naim Sliti trompait imparablement le gardien Novaes. Il ne restait que 180 secondes à jouer dans le temps imparti, auxquelles le 4ème arbitre ajoutait 4 minutes. Le Sporting se ruait sur le but ardennais, jetant ses dernières forces dans la bataille. L'ultime coup-franc de Khazri s'envolait au-dessus de la transversale, avant que Ramé, auteur d'une parade exceptionnelle, doive s'incliner sur le corner suivant ! Comme en 1ère période, à une poignée de secondes de la fin, le CSSA a encaissé un but, un but qui, cette fois, lui coute une très belle victoire contre un concurrent direct, ainsi que la 2ème place au classement. Beaucoup de regrets, donc, et certainement une légitime frustration, malgré une excellente prestation face à une équipe de grande qualité.

EUROSPORT.FR

Derrière, Guigamp a porté à huit matches sa série d'invincibilité en L2. Les Bretons ont surmonté l'ouverture du score de Laval dès la 55e seconde, grâce à un doublé de Thibault Giresse en fin de partie (76, 90+1). L'En-avant compte une unité de mieux que Reims et deux que Sedan (4e), tenu en échec par Bastia (2-2). Face à de coriaces Corses qui retrouvaient Furiani après un match de suspension, les Ardennais ont d'abord été menés, avant de prendre l'avantage, en vain puisque François Marque a arraché le nul en bout de course (90+4). Le Havre pourrait cependant revenir sur le podium en cas de succès à Boulogne samedi.

L'EQUIPE.FR

... Comme le nombre de résultats nuls, vendredi soir. Dans le choc des prétendants à la montée, Bastia et Sedan se sont neutralisés (2-2), manquant tous les deux l'occasion de s'installer sur le podium. En prenant l'avantage à la 88e par Sliti, les Ardennais pensaient pourtant avoir fait le plus dur, mais une réalisation de Marque au bout du temps additionnel a douché leurs espoirs. Dans le bas de tableau, Le Mans (18e, 0-0 à Amiens), Istres (16e, 1-1 à Troyes) et Arles-Avignon (19e, 0-0 contre Châteauroux) n'avancent pas.

SPORT24.COM
Bastia et Sedan dos à dos

Le choc de la 16e journée de Ligue 2 entre Bastia et Sedan s’est soldé sur un partage des points (2-2) à Furiani. Les Corses ont égalisé à la 90e minute de jeu par Francois Marque. Le leader, Clermont, est allé s’imposer sur la pelouse d’Angers grâce à un but de Mehdi Namli à la 73e (0-1). Les affaires ne s’arrangent pas pour Monaco, plus que jamais lanterne rouge après un nouveau revers, à domicile, face à Metz (0-2).

L'ARDENNAIS
Sedan peut avoir des regrets

Bastia n'a plus perdu à Furiani depuis le 4 mai 2010. Sedan a cru mettre fin à cette série hier soir jusque dans les dernières secondes du temps additionnel quand Marque venait égaliser de la tête sur le corner de la dernière chance (90e+5).
En première période, les Vert et Rouge ont cruellement manqué de réalisme. Diallo (3e), Le Bihan (10e) er Fauvergue (32e) n'ont pas cadré leur tentative. Le retourné de l'attaquant nordiste du CSSA était détourné d'une manchette par Novaes (36e). Si les Bastiais méritaient sans doute un penalty pour une faute de Pogba sur Maoulida (19e), Troaré sauvait sur sa ligne une frappe contrée d'Angoula (21e).
En revanche, personne ne pouvait intervenir sur le tir de Khazri qui profitait d'un centre de Maoulida (45e). Les Corses auraient pu aggraver la marque sur des coups de tête de Maoulida (46e) et Suarez (47e) mais, contre le cours du jeu, Sedan recollait au score grâce à Diallo qui glissait le ballon sous le ventre de Novaes au terme d'un contre rapidement mené (57e). Et, après avoir plié sans rompre sous les coups de boutoirs bastiais, le CSSA finissait par concrétiser son emprise technique et collective sur le match d'un superbe but sous la barre de Sliti (87e). Avant l'issue rageante que l'on connaît.

À lire également

Ricevete a lettera