Bastia fait le plein

Un stade bien garni, des buts, trois points et un fauteuil de leader, voilà la saison des bastiais parfaitement lancée ce soir grâce au succès acquis sur Istres trois buts à un. Le Sporting a donc pris sa revanche sur son adversaire, de quoi regonfler le moral avant d'aller défier Nantes !

Il faut dire que la rencontre débutait sur un rythme de folie. Poussés comme jamais par le public de Furiani, les bleus faisaient trembler Istres. Suarez trouvait la transversale avant de perdre deux face-à-face devant Petric, alors que Diallo aurait du bénéficier d'un pénalty indiscutable.
C'est finalement au bout d'une vingtaine de minutes de jeu que le Sporting allait être récompensé. A la suite d'une action collective rondement menée, Khazri trouvait le chemin des filets pour la première fois de la soirée.
Le jeune bastiais donnait du fil a retordre aux visiteurs et passait même tout près du doublé à quelques encablures de la pause, lorsque Kehiha intervenait d'extrême justesse sur sa ligne pour repousser le cuir en corner.
La première période s'achevait donc avec une insolente domination bastiaise, à l'exception d'une parade de Novaes peu avant l'ouverture du score.
Tous les voyants étaient au vert pour les bleus à l'orée de la seconde mi-temps. Mais rapidement, les istréens prenaient le jeu à leur compte et faisaient quelque peu douter les bastiais. Et si Novaes veillait au grain, l'excellent Rothen venait faire parler toute sa classe au plus fort de la domination adverse. Après avoir récupéré le ballon dans les pieds d'un adversaire, il mettait Khazri sur orbite, lequel se faisait accroché dans la surface de réparation. Suarez se chargea alors de transformer la sentence en mettant ainsi son équipe à l'abri.
Bastia était même aidé par la sortie après l'expulsion de Flageau, faisaint suite a un vilain geste sur un bastiais.
Sauf que les joueurs de Pasqualetti n'abdiquaient pas. A leur tour, ils obtenaient un pénalty. Melliti s'élança et Novaes intervint avec classe pour le détourner ! Mais Yahia Chrif était le plus prompt sur le cuir et réduisait la marque à quatre minutes du terme des débats.
Le temps pour Bastia de redonner un coup d'accélérateur et d'obtenir un nouveau pénalty mérité sur Moizini, bien servi par Genest. Palmieri était logiquement expulsé pour sa faute sur le numéro 13 bastiais. Il ne restait alors plus qu'à Suarez de finir le travail, ce qui fut chose faite avec expérience.
Armand Cesari pouvait donner de la voix, son équipe venait de réussir avec brio son retour en Ligue 2 !

À lire également

Ricevete a lettera