El-Azzouzi : "l'état d'esprit du groupe m'a aidé"

Longuement blessé au cours de la saison précédente, le "bison" retrouve peu a peu ses sensations et espère connaître une belle saison avec le Sporting. Interview...

Yassin, comment vas-tu ?
Chaque jour un peu mieux...

Le groupe a-t-il réussi à digérer la saison précédente ?
Pour être direct, oui. On l'a d'ailleurs prouvé au cours de nos premiers matchs amicaux dans l'état d'esprit et le travail. Maintenant, il faut se servir de cette euphorie, du moins ce qu'il en reste, pour essayer de démarrer le championnat du mieux possible. Après, il est certain que ça s'estompera avec le temps.

Justement, n'y a t'il pas un risque de trop surfer sur cette euphorie et de ne pas s'adapter a ce nouveau championnat ?
Non, car nous sommes beaucoup de joueurs qui n'avons pas ou peu connu la Ligue 2. Et puis, il ne faut pas oublier que nous restons sur une descente à ce niveau-là. Il y a donc peut-être cette crainte, mais c'est une crainte sérieuse et nous connaissons notre devoir. Sans oublier que nous sommes parfaitement encadrés au quotidien par un staff compétent et le coach n'a d'ailleurs pas manqué de nous le rabâcher. On peut dire que tout cela est ancré en nous.

A titre personnel, peut-on te considérer comme revanchard quant à la saison précédente ?
Je n'ai qu'une chose a dire : je n'ai pas pris de vacances. J'ai même été en centre de rééducation pour revenir le plus vite possible et tenter d'oublier ces mauvais moments. Heureusement, l'état d'esprit du groupe a permis d'estomper le dégât moral que peut provoquer ce genre de chose. Tout ça est désormais derrière et moi et j'attends énormément de cette année.

Comment se passe l’intégration des 2 nouvelles recrues ?
Très bien. On peut tout se dire car ils ont l'impression d'être avec nous depuis un bon moment. Nous sommes un groupe très sain, donc leur intégration s'est faite très rapidement. Vous savez, quand l'osmose est présente dans le groupe, c'est plus facile. D'ailleurs, ils chantaient avec nous au bout de trois jours à Corté (rires). Ils sont dedans !

Tu vas entamer ta 2ème saison avec Bastia mais, paradoxalement, c’est la 1ère préparation que tu effectues avec le Sporting puisque tu étais arrivé fin juillet. Comment ça se passe à Saint-Gervais ?
J'étais déjà venu dans les parages avec d'autres clubs, mais là c'est vraiment une saveur particulière dans le sens où j'arrive avec Bastia, un club professionnel de renom. J'ai peu joué et je dois valider certaines choses démontrées au cours de la saison dernière. Sachant que je n'ai pas le même cursus que la plupart des joueurs qui jouent sur tous les fronts, je me base principalement sur le travail physique pour tenter de résister au mieux aux douleurs. Le technique viendra rapidement après. Je n'oublie pas ces choses-là pour ne pas me griller… Je ne perds pas de vue une chose : que je dois optimiser au mieux ma préparation.

Demain, vous affrontez Evian. Qu’est-ce que les joueurs attendent de cette rencontre ?
Comme a dit le coach avant le match de Brest, ce ne sont plus des rencontres amicales. Ce sont des confrontations a gagner pour être au mieux le 22 juillet prochain. Car cette date approche de plus en plus et il faut a tout prix faire bonne figure en validant les bonnes choses entrevues jusque là.

Le programme de préparation comprend 5 matches amicaux dont 2 contres des clubs de L1. Pour vous, est-il important de vous tester face à des équipes de l'élite mais également de faire beaucoup de matches ?
Personnellement, je ne pense pas que faire une multitude de matchs puisse arranger les choses, comme on peut le voir ailleurs. En revanche, jouer des équipes de niveau Ligue 1 - Ligue 2 cette semaine, nous rapproche de la réalité des choses. D'autant plus en stage où la convivialité est bien présente. Nous nous attelons surtout a mettre en place une tactique et de ce fait, il est très intéressant de pouvoir disputer trois rencontres en aussi peu de temps.

Pour finir, quel est ton objectif personnel ?
Déjà de courir (rires). Sérieusement, c'est de revenir au top de ma forme, physiquement notamment. Mais ça va… Je suis de mieux en mieux au fil des jours alors que ça pourrait très bien être l'inverse.

À lire également

Ricevete a lettera