Geronimi : « nous n'accepterons aucune sanction »

Suite aux événéments de la rencontre Bastia-Lens qui a vu le promu s'accrocher à sa place sur le podium, les dirigeants du Sporting avaient convié l'ensemble des médias à une conférence de presse. Voici le compte-rendu

En préambule de ce point presse organisé ce matin à 11 heures dans la salle des trophées du stade Armand Cesari, Pierre-Marie Geronimi s’est dit désolé au nom du club pour le triste spectacle ayant émaillé la fin de rencontre. Une rencontre pour laquelle l’accent avait été mis sur la fête puisque le Sporting est sur le podium du championnat, tandis que les femmes étaient mises à l’honneur en donnant le coup d’envoi.

Il était alors temps de rentrer dans le vif du sujet… Toujours à l’initiative du Président Geronimi, le comité Directeur du Club va dès aujourd’hui se rapprocher de la Communauté d’Agglomération Bastiaise afin que des aménagements soient réalisés dans les tribunes latérales où les stadiers pourraient enfin prendre place en tribune, chose impossible pour le moment du fait de la conception de ces dernières. Par ailleurs, les dirigeants regagneront les tribunes prochainement de façon totalement volontaire et sans le moindre mea-culpa, ceux-ci étant dans leur droit puisque parfaitement accrédités par la LFP.
Pierre-Marie Geronimi n’a pas manqué de souligner que la Ligue de Football Professionnel avait indiqué au SCB qu’il faisait partie des clubs où le nombre d’accréditations délivrées était le plus faible.
Pour clore ce chapitre, le Président a également indiqué que l’audit réalisé par les membres de la Ligue de Football Professionnel avait laissé apparaitre un nombre trop élevé de personnes présentes aux abords du terrain 30 minutes avant les rencontres, et non pendant.

En ce qui concerne le match à proprement parler, Pierre-Marie Geronimi a mis en avant les propos tenus par le capitaine lensois la veille du match, appelant à plus d’agressivité de ses coéquipiers : « on doit être plus tranchants, plus saignants. On doit avoir les crocs. On est trop gentillets. On est pas assez tueurs… Ce que j'aime, c'est la chair », a déclaré Aleadine Yahia dans les colonnes du Nord-Eclair.
José Franceschini a pour sa part évoqué les difficultés que rencontraient les gros budgets de Ligue 2 dans ce championnat et fait la relation de cause à effet avec la rencontre de samedi : « bien que menés 2-0, tout se passait bien pour les lensois et notre public continuait de chanter. Il en a été de même à 2-1, avant que les lensois ne perdent pieds et que nous revenions au score en fin de match. L’incident a alors été créé alors que Bastia prenait totalement l’ascendant sur Lens… Quel intérêt aurions-nous eu à créer cet incident ? Quelque part, heureusement que nous ne l’emportons pas 3-2, car quelle aurait été la suite (…) !
Nous n’avons eu aucun problème avec les clubs de notre standing que ce soit avec Clermont, Troyes, Reims, Angers… »
Le Président à lui surenchérit en évoquant la rencontre du Mans. « Les manceaux ont dit avoir été tétanisés du contexte avant de perdre tous leurs moyens. Voilà comment ont-ils justifié leur défaite. Le seul problème, c’est que depuis ce jour-là l’équipe mancelle a perdu huit rencontres et se retrouve relégable au classement… »
« Comment ne pas parler aussi de la suspension du délégué de la rencontre Bastia-Clermont tout simplement car ce dernier n’avait pas jugé bon d’établir un rapport complémentaire sur ce match étant donné qu’aucun incident n’a eu lieu ?! », a surenchéri Geronimi…

Troisième volet de cette conférence de presse, le comportement des médias nationaux qui a été ouvertement et logiquement critiqué, et par ailleurs, une vidéo montrant l'arrivée d'Antoine Maumon de Longevialle journaliste de l'Equipe, dans les vestiaires, pourrait être publiée par le club. Celle-ci accablerait tout simplement le compte-rendu de ce dernier, une fois de plus en net décalage avec la réalité des faits.
Encore une fois, quelle aurait été la réaction des médias si Gervais Martel avait été bousculé dans le dos par un joueur bastiais et qu’un dirigeant lensois souffrirait d’une triple fracture ? Voilà encore une question posée par les membres du comité directeur…

En ce qui concerne la violente agression subie par Monsieur Alain Seghi, Pierre-Marie Geronimi a confirmé sa vision de l'incident parlant d'agression en bande organisée et de non-assistance à personne en danger à propos des trois membres du staff lensois présents lors de la scène.
Parallèlement à cela, aucun membre de la Ligue de Football Professionnel ni du club lensois n’a pris des nouvelles du dirigeant gravement blessé et toujours hospitalisé, à l’exception du joueur Franck Queudrue qui s’était rapproché de Monsieur Seghi lors de son agression.

Le Sporting a de nouveau revendiqué être victime d'une justice d'exception, comme l’a par la suite prouvé Jo Bonavita, à l’aide de décisions rendues par la commission de discipline, avant qu’Yves Pianelli n’en fasse de même en évoquant les graves incidents qui s’étaient produits lors d’un Nîmes-Istres la saison passée (ndlr : des supporters avaient envahi le terrain avant de rouer de coups le portier istréen).

Pour conclure, le club par la voix de son Président n’a pas manqué de souligner qu’aucune sanction ne sera acceptée et que le club ferait appel de toute sanction prononcée contre le club, et ce par tous les moyens possibles : ligue, fédération, CNOSF, tribunaux etc…

Conférence de presse du 18 Octobre 2011 par SportingClubBastia

Monsieur Paul Giacobbi, Président du Conseil Exécutif de l’Assemblée de Corse, a tenu à réagir au micro de CFOOT à propos du match Bastia-Lens et du communiqué de la LFP :

J11 - SC Bastia / RC Lens - La réaction du... par SportingClubBastia

À lire également

Ricevete a lettera