Jérôme Rothen : "mon premier maillot ? Celui de Claude Papi"

16977.jpg

Découvrez la première interview de Jérôme Rothen sous le maillot bastiais, grâce a nos confrères du site SCB en Bretagne.

Jérôme, vous voilà Bastiais, à quand remonte les premières discussions ?
Cela a débuté vers le mois de janvier, mon ami Hervé Sekli me faisait part des objectifs de Bastia, voyant le Sporting aligner les victoires cela me tentait de plus en plus, mais au fond de moi, le projet Corse me plaisait déjà. Après, il faut quand même l'aval du club, Fred Hantz m'a contacté courant mars, depuis l'oiseau a fait son nid. J'ai rencontré donc le coach, Monsieur Pierre-Marie Géronimi le président, nous avons fait des sacrifices des deux côtés et nous sommes tombés d'accord. Je suis content et j'ai envie de réussir ce nouveau challenge.

Aviez vous d'autres contacts ?
Bien sûr, mais dans ma tête, mon choix était fait, c'était Bastia et rien d'autre. Ici, je connais Hervé, j'ai des amis en Corse. La mentalité de la Corse me sied à merveille, que ce soit sur et en dehors du terrain. Sur le terrain, je me bat pour l'amour du maillot et à ce niveau la, en Corse c'est très important. Je suis ici, car les gens me comprennent et réciproquement. Je ne suis pas à Bastia, pour me la couler douce , je suis ici pour aider le club à retrouver sa vraie place, c'est à dire en Ligue 1.

Cette image de mauvais garçon doit être difficile à gérer ?
Je suis passé par plusieurs clubs avec beaucoup de réussite, cela attise la jalousie, c'est la loi du milieu qui veut cela. J'ai remporté des trophées avec le PSG notamment et en plus pour moi jouer à Paris était un rêve. En France, on attire vite les jalousies, j'ai mon caractère, j'ai été mal jugé contre mon gré, j'ai eu des critiques acerbes. Je n'oublie pas non plus , que j'ai fait des bêtises, j'ai dit des paroles qui ont dépassé le fond de ma pensée.

Votre meilleur souvenir footballistique ?
Il y en a beaucoup, je pense quand même , que c'est ma première sélection en équipe de France. Il y a aussi , les coupes glanées avec Monaco et le Paris SG, la finale de la Ligue des champions, car le fait de participer à cette épreuve est un rêve pour tout footballeur.

Que vous inspire le club de Bastia ?
Je vais vous raconter une anecdote, j'ai eu mon premier maillot à l'âge de 4 ans et c'était celui de Claude Papi, car mon oncle qui a évolué en Cfa était surnommé " Papi", comme quoi c'était un signe du destin pour moi, il fallait qu'un jour je signe à Bastia. C'est un club mythique, je suis souvent venu jouer à Furiani et je prenais plaisir à y venir. Franchement, le fait de signer à Bastia, pour moi c'est magnifique.

Que pouvez vous dire aux supporters de Bastia ?
Je souhaite et j'espère que le public se déplacera en masse pour le premier match et les autres qui suivront. Le public Corse est réputé difficile, mais j'ai envie de réussir et je sais qu'à Bastia, si on mouille le maillot, on n' a aucun souci. Le public ici est chaud , j'adore quand vous le sentez derrière vous, cela vous motive énormément.

Que peut on espérer pour Bastia, l'an prochain, en Ligue 2 ?
J'ai pour habitude de commencer une saison pour jouer le haut de tableau, si vous commencez la saison en vous disant , on joue le maintien, on évite les 3 dernières places, ce n'est pas dans ma nature; après il faut voir l'objectif du club, cela ne dépend pas que de moi ( rires). Je vais tout faire pour aider le club à viser le haut de tableau, car même si je n'ai pas joué depuis un petit moment, physiquement je suis bien, je ne suis pas resté à rien faire. Mais bon, je souhaite du fond du coeur que l'on finisse dans les trois premiers l'an prochain, ce n'est pas de la prétention, des clubs comme Evian ou Dijon le font cette année, alors que l'on ne s'y attendait pas. De plus, monter en Ligue 1 serait fabuleux, pouvoir communier avec le public , qui envahit le terrain pour fêter cela, se serait très beau. Signer à Bastia est une grande joie et me procure un immense plaisir.

http://www.supporterduscbastiaenbretagne.com/

À lire également

Ricevete a lettera