Julien Lolli : "nous les laisserons fantasmer"

IMG_8185.jpg

Actuellement en déplacement à Niort, le Président du Directoire, Monsieur Julien Lolli revient sur le début de saison de son équipe et les récentes accusations faites au Sporting après la venue de Guingamp. Demain matin, vous pourrez retrouver l'interview de Pierre-Marie Geronimi, le Président de l'Association.

" Président, comment jugez-vous le départ pris par votre équipe après sept journées ?
C'est un début de championnat que l'on peut qualifier de sérieux. Jusqu'à présent, les résultats escomptés sont là et le travail du coach est récompensé. Nous espérons donc que tout va se poursuivre positivement.

600 supporters à Cannes en vendredi, 4 000 quatre jours plus tard face à Guingamp, l'engouement autour du club semble être de retour ?
C'est une image qui nous fait bien entendu chaud au coeur, car vu l'état du Sporting il y a quelques mois en arrière, ça fait vraiment plaisir de le voir transposer de ce côté là. L'osmose que nous avons réussi a créer en compagnie des supporters est une très belle chose. Et quand on voit que le Club arrive a véhiculer autant de monde hors de ses bases et même à Furiani en semaine, c'est une réelle satisfaction.

L'équipe n'a toujours pas encaissé de but à Armand Cesari. Là-aussi, on peut y voir un facteur très positif ?
C'est avant-tout un travail instauré par le coach. Il faut que l'équipe se fasse respecter chez elle et qu'elle conserve son invincibilité. A ce jour, Bastia ne prend pas de but à la maison et on essaye de poursuivre sur cette lignée là. Les joueurs l'appliquent avec sérieux et on espère que ça durera le plus longtemps possible. En tous cas, on peut a nouveau voir de la satisfaction sur le visage des gens qui nous suivent.

Revenons sur la dernière victoire en date et les accusations calomnieuses faites par certains guingampais. Qu'en pensez-vous ?
Vous savez, dès qu'il s'agit de Bastia, ont en fait un éléphant dès le lendemain. C'est une coutume, nous y sommes habitués. Les journalistes sont des gens qui ont une fâcheuse tendance a grossir les petits détails qui se passent en Corse, tandis que les proportions ne sont jamais les mêmes lorsque ça se passe sur le continent. Alors, vous savez, nous les laisserons fantasmer comme d'habitude en continuant notre petit bonhomme de chemin. Bastia continuera d'engranger des points et de recevoir les gens normalement comme ce fut le cas jusqu'à aujourd'hui.

Dans cette histoire relevant d'un film de fiction, on peut noter le manque de cohésion dans les propos tenus par les différents intéréssés…
L'intimidation, pour reprendre les propos de Ouest-France en particulier, fait partie du folklore dans tous les stades de France et de Navarre, pas plus particulièrement à Bastia. Pour reprendre un article publié par le quotidien breton au lendemain du match, rien de particulier ne s'était passé où quelques "intimidations traditionnelles" pour les citer avec exactitude. Sauf que depuis hier, on a l'impression que c'était la guerre des tranchées. Alors je laisse le soin aux journalistes qui ont transmis ces propos de les alimenter. Mais par contre, il faut qu'ils sachent que de nos jours, lorsque l'on a une fâcheuse tendance à l'exagération, on peut aussi s'exposer à la loi Française. Ce qui veut dire que dans le futur, le Club se laissera la possibilité de porter plainte contre les éventuels propos diffamatoires qui seront tenus envers le Sporting Club de Bastia.

C'est d'ailleurs la ligne de conduite qui pourrait être adoptée par votre équipe dirigeante ?
A ce jour, je dirais que l'on va laisser les choses se décanter. Car vous savez, beaucoup s'agitent et parlent pour ne rien dire. Mais si nous voyons que le train continue a aller de la sorte, c'est certainement la solution que notre Club et le Président que je suis adopteront.

D'autres personnes sont depuis venues mettre leur grain de sel...
J'ai tout simplement été surpris par les propos de Monsieur Plessis (ndlr : le Président du RC Strasbourg). Car ce Monsieur parle et gesticule beaucoup, surtout pour ne rien dire. C'est d'ailleurs pas pour autant qu'il ait été présent à Bastia cette année. Alors comment peut-il tenir de tels propos en ayant même pas eu la décence de se déplacer avec sa pauvre équipe ? Je ne vois donc vraiment pas comment il pourrait avoir une opinion sur des choses qui ne le concernent pas.

Finalement, le retour au premier plan du Sporting fait parler… Surtout qu'on ne l'attendait aussitôt pas a cette place quelques semaines après toutes les péripéties qu'il a traversé...
Pour utiliser un mot trivial et proprement insulaire, je dirai que l'on ne veut pas se porter la "guigna", mais je pense que le Sporting Club de Bastia, au travers les épreuves qu'il a subit en fin de saison, ainsi que les péripéties auprès de la DNCG et du CNOSF, l'ont certainement rendu encore plus fort. Il faut d'ailleurs souligner le remarquable travail abattu par notre entraineur, tout comme l'ambiance qui règne au sein de l'équipe et surtout autour avec les supporters. Tout ça mérite d'être récompensé. La bonne humeur y étant, il est normal que l'on soit à notre place. Et notre place n'est surtout pas en National, mais je l'espère très bientôt en Ligue 2.

Au lieu d'affaiblir les différentes composantes du club, toutes ses étapes n'ont fait qu'augmenter l'appétit du groupe…
Tout simplement car les optiques de marche fixées par les dirigeants sont complètement nouvelles, dans le sens où on veut une cohésion totale de tous. Nous voulons que le Sporting soit avant tout une grosse famille. Et ça passe par une équipe dirigeante soudée, des joueurs qui véhiculent certaines valeurs et dégagent une âme ainsi qu'un public qui est devenu incontournable. Il s'agit véritablement du 12ème homme, à Furiani comme en déplacement."

À lire également

Ricevete a lettera