Khazri : "Le plus dur reste à venir"

1204091.jpg Encore inconnu du grand public il y a peu, Wahbi Khazri s'est depuis quelques semaines fait une place dans le groupe professionnel avec des débuts tonitruants à Amiens et contre Montpellier. Désormais régulièrement appelé par Bernard Casoni, le jeune attaquant évoque ses débuts en professionnel.

« Face à Châteauroux, il était important pour le SCB de s’imposer afin de rester dans le bon wagon…
On savait que l’on n’aurait pas le droit à l’erreur face aux castelroussins. On se devait de l’emporter absolument pour garder nos distances avec cette équipe dans l’optique du maintien.
Cette victoire acquise dans la douleur a fait un bien fou au moral de l’équipe. Du coup, ça s’en ressent au quotidien lors des entrainements. Nous sommes plus détendus, l’ambiance de travail est meilleure et surtout, ça nous offre plus de perspectives pour la suite de la compétition.
Je pense que le fait d’avoir accroché Sedan est une bonne chose pour la suite.

Comment abordes-tu cette fin de saison, d’un point de vue personnel et collectif ?
En ce qui me concerne, j’espère tout simplement rester dans ce groupe afin de progresser le plus possible. Cela passe naturellement par le travail. Et collectivement, que l’on assure le maintien le plus rapidement possible pour pouvoir se libérer.

Comment ton intégration au sein du groupe pro s’est-elle déroulée ?
Je pense de la meilleure des façons… Tous les joueurs m’ont mis à l’aise et ont beaucoup communiqué avec moi. Ils m’ont souvent répété de faire ce que je savais faire sur le terrain, de ne pas me poser de question et de foncer. Je les remercie encore une fois.

Des débuts facilités par des victoires…
C’est sur que d’avoir débuté d’une aussi belle manière à Amiens et d’avoir inscrit un but lors de mon second match face à Montpellier a facilité mon intégration. Ca ne pouvait pas mieux commencer. Reste maintenant à confirmer, le plus dur restant à venir.

Pensais-tu que cela arriverait aussi vite ?
J’ai vraiment été surpris. J’ai appris que j’étais retenu dans le groupe qui se déplacerait à Amiens de Clairefontaine, où j’étais en stage avec l’équipe de France. Les coachs m’ont d’abord demandé si j’avais mes affaires, ce qui m’a un peu étonné. La deuxième fois, c’était pour me dire de les rejoindre. Ma joie était vraiment immense car je ne m’y attendais pas du tout.

Qu’est ce qui change au quotidien pour toi ?
La vie reste la même. Tous les matins, je me lève pour aller au Lycée même si le fait de m’entrainer avec les professionnels a bouleversé les habitudes. Pour autant, je reste le même.
Je suis heureux de voir que tous les gens du club et les supporters sont contents pour moi et j’espère pouvoir confirmer dans les prochains mois pour leur rendre cette confiance. »

À lire également

Ricevete a lettera