La page est –déjà– tournée

Battu à Metz lors du second tour de la Coupe de la Ligue, le Sporting quitte déjà la compétition malgré une prestation plus qu’honorable. Place désormais au championnat, avec un déplacement programmé à Istres dès vendredi.

img_0713 On le disait, les bastiais auraient sans doute mérité autre chose que cette défaite enregistrée à Saint-Symphorien par le plus petit des écarts. Car sur les quatre-vingt-dix minutes d’hier, les bastiais ont fait preuve d’un sérieux encourageant face à cette équipe de Metz a qui il aura fallu un coup de pouce du destin pour composter son ticket pour le tour suivant.
Vendredi, c’est du côté de l’étang de Berre que le Sporting disputera sa première rencontre de championnat face à un adversaire qui vient de piétiner Strasbourg six buts à un, tout comme Caen, Le Havre ou encore Nantes (défaite 4-0 à Troyes) qui sont tous passés à la trappe, malgré des effectifs déjà bien fournis. Preuve que même les favoris de cette Ligue 2 n’ont pour l’heure trouvé aucune garantie alors qu’il faudra laisser du temps a tout le monde avant de faire un premier point.

A Bastia on le sait bien, c’est sur la solidarité et la détermination qu’il faudra avant-tout miser cette saison pour aller le plus loin possible. C’est d’ailleurs ce qui a été mis en application à Metz ce week-end durant une grande partie de la rencontre, à l’image d’une arrière-garde qui ne s’est faite surprendre qu’à une seule reprise dans le jeu en six matchs. Toutefois, il restera à corriger l’excès d’agressivité qui a amené les joueurs insulaires à encaisser cinq autres buts sur coups de pieds arrêtés, dont trois sur pénalty.
Une fois ces petits défauts gommés, nul doute que le SCB pourra voir l’avenir avec grande sérénité, d’autant plus s’il arrivait à dénicher l’oiseau rare à la pointe de l’attaque, pour venir soulager le trio André-Gaffory-Niangbo qui a déjà montré de belles choses. Car le mois d’Août s’annonce chargé avec le déplacement à Istres suivi d’une double réception de Caen et Nîmes, un retour à Metz et la venue de Laval. Et dire que si les bleus l’avaient emporté en Moselle, ils auraient disputé sept matchs en trente jours…
Entre-temps, le milieu de terrain devrait enregistrer le retour à la compétition de Cahuzac et Arrache, qui apporteront sans doute du sang frais à un collectif bastiais qui n’aspire qu’à une seule chose… ne pas décevoir ses supporters.
Forza Bastia !

À lire également

Ricevete a lettera