Le pot de fer contre le pot de terre...

Une grossière faute de Carrasso dans la surface de réparation non signalée à la surprise générale, une expulsion de Maoulida injustifiée, bref, Monsieur Piccirillo aura été le grand acteur d'une soirée de gala à Armand Cesari...

Assis pour la première fois sur le banc de l'AS Monaco, Marco Simone a certainement bénéficié d'une rampe de lancement inespérée pour lui et son équipe.
Malmenés par une équipe bastiaise revancharde, Carrasso et les siens auront essuyé durant tout une période les assauts adverses. Jusqu'à ce coup de patte de Toifilou Maoulida qui pouvait faire apprécier aux 12 000 supporters présents sa première bandelette "UNITI VINCEREMU... FORZA BASTIA !". Une ouverte du score amplement méritée et qui n'aurait en fait du qu'aggraver l'avance des bastiais.
Car à la 35ème minute, le portier monégasque aurait du rejoindre le vestiaire suite à une énorme faute sur Maoulida, tandis que seul Hervé Piccirillo ne semblait pas convaincu par l'obstruction...
Chauffé à blanc, le stade Armand Cesari poussait alors son équipe durant toute la partie. Et on pensait les bleus tout proche d'enfin doubler la mise, mais la belle frappe de Rothen était repoussée par Carrasso tandis que la tentative de Khazri effleurait le montant gauche.
En face, Novaes illuminait la partie par ses arrêts réflexes, avant de s'incliner sur une frappe limpide signée Esseyric.
Tout était hélas à refaire pour le SCB, qui repartait aussitôt à l'attaque. Mais un manque de précision l'empêchait de reprendre les devants, malgré une rude volonté.
Et comme si ça ne suffisait pas, Monsieur Piccirillo clôturait le spectacle par deux rouges, suite à une altercation entre Adriano et Maoulida. À la surprise générale, le buteur du soir était prié de rentrer aux vestiaires après avoir reçu un coup au vissage par le défenseur brésilien.
Il valait certainement mieux en rester là pour ce soir... Mais une chose est sûre, ce Sporting-là se relèvera !

FORZA BASTIA !

À lire également

Ricevete a lettera