Le SCB impuissant à Vannes

img_5759 Trop rapidement mené au score pour pouvoir espérer ramener quelque chose de son périple en Bretagne, le Sporting s’est ensuite fait punir par une équipe de Vannes qui l’enfonce à la dernière place du classement.

Bien que gênés par le froid glacial qui sévissait sur le stade de La Rabine, les bleus attaquaient vaillamment leur partie, dans un dispositif en 4-4-2 mis en place par Faruk Hadzibegic. Sauf que trop précipitamment, les plans du nouveau coach allaient être bouleversés suite à une faute litigieuse d’Harek. Le coup-franc tendu de Liabeuf échappait à la défense Insulaire et Kamissoko était à la réception au second poteau pour l’ouverture du score. Et dans la foulée, il fallait toute la vigilance de Novaes pour éviter le pire sur une frappe de Liabeuf.
Trop frileux dans les phases offensives, c’est surtout sur des ballons donnés dans la profondeur que les bastiais mettaient le plus en danger l’arrière-garde vannetaise. Comme sur le service de Gomez pour Niangbo, ou encore sur l’incursion de Gaffory devancé par Gnanhouan. Bastia prenait alors la mesure de l’équipe entrainée par Stéphane Le Mignan mais pêchait toujours autant dans la dernière passe. Ou dans le dernier geste sur un drible trop confus de Niangbo… Et même sur un coup-franc très bien placé où Dunjic se heurtait au mur… Sur le contre, Liabeuf tentait sa chance et Novaes se saisissait du cuir. Le SCB ripostait immédiatement avec une percée de Martial qui enroulait son tir qui passait de peu à côté, juste avant que le centre-tir de Dunjic ne touche la barre transversale, comme si les bleus avaient besoin de ça actuellement…
Au retour des vestiaires, Bastia avait donc des raisons d’espérer. Mais une fois de plus, les bretons remettaient les gaz et faisaient le break. En effet, Liabeuf était à la réception d’un parfait service de Reset côté droit consécutif à une perte de balle de Camara. A 2-0, les choses se compliquaient très sérieusement, surtout que le VOC avait déjà fait passer des frissons dans le dos de Novaes sur des essais de Gimbert et Leuguen. Aussitôt, le Sporting reprenait le monopole du jeu, mais butait encore et toujours sur la pugnacité de la défense bretonne.
Et pour couronner le tout, c’est avec un certain brin de réussite que les locaux parachevaient leur victoire. Le long ballon d’Hervé rebondissait sur une motte de terre sous les yeux de Cubilier impuissant, et c’est Gimbert qui venait sans soucis inscrire le troisième but.
Il restait vingt minutes et le SCB, bien qu’impuissant, n’abdiquait pas. Tour à tour, André, Gaffory et Mustivar tentèrent leur chance, mais Gnanhouan veillait au grain et préservait le score pour son équipe jusqu’au terme des débats.

Consulter la feuille de match

À lire également

Ricevete a lettera