Le Sporting est bien là !

Malgré l'absence de quatre titulaires, le SCB avait fière allure ce soir sur la pelouse de Cannes. Dominateur et joueur, il s'est incliné en fin de rencontre après avoir tout donné, devant un public extraordinaire. La Corse peut être fière de son équipe !

600 supporters bastiais réunis dans un stade continental pour une sixième journée de championnat National, il fallait certainement remonter a 2002 et à une certaine finale de Coupe de France pour voir un tel engouement. Impliqués du début à la fin, les supporters bastiais auront porté leur équipe avec fierté et passion. Une équipe qui justement, ne méritait certainement pas un tel sort...
Bien plus entreprenante que son adversaire du soir, elle aurait pu prendre les devants dans le premier quart d'heure si El-Azzouzi ou encore Diallo avaient mieux négocié deux phases offensives rondement menées. Car en tout et pour tout, seul un tir de Koller après quelques minutes de jeu sera venu légèrement inquiéter Novaes, au cours d'une première période bien contrôlée par les bleus. Ces derniers, tout comme l'arbitre de la rencontre Monsieur Auroux, ne se laissaient d'ailleurs pas abuser par les attaquants cannois et notamment Compan qui fut averti pour simulation dans la surface.
D'ailleurs, le SCB répondait immédiatement par un tir croisé de Moizini qui passait a ras du montant droit d'un Jérémy Gavanon en manque de sérénité devant la tribune bastiaise.

Au retour des vestiaires, ce sont encore et toujours les insulaires qui rythmaient la partie. Et Périatambée était tout près de débloquer le compteur de son équipe suite à un corner mal renvoyé. Mais ce diable de Koller était là pour repousser le danger... Quelques instants plus tard, on retrouvait le géant tchèque, cette fois-ci dans une position plus habituelle. Sauf que sa tentative s'envolait dans le ciel azuréen.
Il fallait finalement attendre les vingt dernières minutes pour voir les débats s'animer avec une nouvelle fois la formation bastiaise à la baguette. Tout juste entré en jeu, Sylla donnait le tournis a la défense cannoise avant de trouver Périatambée dont la frappe venait mourir sur le poteau de Gavanon !
Voyant son équipe tituber de plus en plus, Emon décidait alors d'apporter du sang neuf avec les entrées de Lopez-Peralta et Voavy. Un coaching gagnant puisque dans la foulée, le duo était à la conclusion d'un bel enchainement collectif, qui permettait aux locaux de prendre l'avantage, profitant il est vrai, d'une erreur défensive bastiaise.
Le Sporting, qui venait là de subir un sacré coup dur vu la physionomie du match, était carrément assommé deux minutes plus tard. Puisque cette fois-ci, le passeur cannois se muait en buteur pour le second but de la partie...
Pour autant, le SCB et son public ne se décourageaient pas. Et ils avaient bien raison. Car a cinq minutes du terme des débats, tous les espoirs étaient de nouveau permis lorsque la tentative des vingt cinq mètres d'El-Azzouzi faisait mouche, profitant du contre d'Avinel.
Mais malheureusement, plus rien n'était a noter en cette fin de partie, qui voyait l'AS Cannes rejoindre les bleus au classement.

Une défaite au gout amer qui vient rappeler a tous que le chemin est encore long. Mais ce soir, la Corse peut être fière de son équipe, qui a une nouvelle fois incarné des valeurs qui lui sont si chères. Et dès ce mardi à Furiani face à Guingamp, tout porte à croire qu'elle remettra la machine comptable en route.

Un'isula, un populu, una fede : BASTIA !!!

À lire également

Ricevete a lettera