Le Sporting a perdu le fil

Hors-sujet en première période, le Sporting a payé cher sa mauvaise entame de match. Et malgré un début de seconde mi-temps prometteurs, les joueurs de Frédéric Hantz se sont éteints au fil du match, laissant ainsi filer leur place sur le podium.

Malgré de nombreuses absences, les troyens ont affiché un visage conquérant sur leur pelouse. Bien plus que les bastiais, qui allaient payer cash leur début de match bafoué. Car après un sauvetage de Novaes, ce dernier était contraint de s'incliner sur la tentative de Cacérès dès la sixième minute de jeu, dans la même configuration que l'action ayant amené la première occasion chaude de la partie.
La tête dans le guidon, les noirs passèrent même tout près de la correctionnelle sur une faute que Monsieur Duhamel aurait très bien pu signaler dans la surface de vérité.
Il fallait attendre le premier quart d'heure de jeu pour voir le Sporting enfin sortir la tête de l'eau. Mais sans doute pas assez pour faire flancher une équipe troyenne plutôt bien en place. Et si Khazri aurait pu a son tour espérer un pénalty, Saurez mais surtout Maoulida en fin de première période manquèrent l'égalisation d'un cheveu.
Heureusement, c'est avec de toutes autres intentions que les insulaires regagnaient la pelouse du stade de l'Aube après le quart d'heure de répit. Boostés par la rentrée de Diallo, ils se procuraient trois grosses occasions coup sur coup, butant sur l'impeccable Blondel.
Mais si on pensait le SCB reparti sur de bonnes bases, les voyants passaient peu à peu au rouge au fil de la rencontre, avant de plonger définitivement dans le noir en fin de rencontre, passant même très près de concéder un second but.
Après de bonnes performances d'ensemble, Bastia a effectué ce soir son premier non-match de la saison et devra impérativement se reprendre, d'autant plus que Monaco et Reims seront les prochains adversaires a se mesurer au SCB.
Mais plutôt que de brûler ce qu'on a adulé, faisons confiance a nos joueurs qui a n'en pas douter, sauront relever la tête dès vendredi prochain, dans un stade Armand Cesari qui fera certainement le plein en jouant ainsi son rôle le douzième homme.

UNITI VINCEREMU
Forza Bastia !

À lire également

Ricevete a lettera