LE SPORTING VOUS SALUE BIEN !!!

Les détracteurs du Sporting Club de Bastia sont ce soir mouchés. Au même titre que les arlésiens victimes de la grosse motivation bastiaise qui n'a pas fait dans la dentelle en s'imposant largement 3-0 grâce à la réalisation de Genest et au doublé de Khazri sur la pelouse d'un stade Dominique Duvauchelle acquis à la cause du SCB.

Bastia dérange... et continuera de déranger ! De nouveau sur le podium après son retentissant succès sur l'AC Arles-Avignon relégué de Ligue 1 à l'intersaison, le SCB n'est toujours pas coulé et ce malgré une nouvelle tentative avec sa suspension de stade. C'est donc à plus d'un millier de kilomètres de chez lui qu'il a effectué son retour en force, devant plusieurs centaines de Corses venus encourager leur équipe phare de la première à la dernière minute.
Un soutien sans faille qui permettait aux hommes de Frédéric Hantz de rentrer à fond dans la partie, puisque dès la 20ème minute de jeu, Genest trouvait la faille après que ses coéquipiers aient déjà donné du fil à retordre au portier arlésien (1-0).
Si une semaine auparavant, Bastia avait manqué de sang-froid devant le but, le réalisme semblait enfin être de retour. Son insolente domination se traduisait d'ailleurs par un second but, l'oeuvre de Khazri qui devançait son vis-à-vis pour placer un coup de tête imparable pour Yattara (2-0).
Le quart d'heure de repos était alors le bienvenue après que Novaes eut la main ferme à deux reprises durant les quarante-cinq premières minutes.
L'ancien entraineur bastiais Faruk Hadzibegic demandait alors aux siens de repartir vers l'avant, tentant même d'injecter du sang-neuf à son équipe avec l'entrée de Pieroni à l'heure de jeu. Sauf que les bleus tenaient à leur succès et se battaient toujours autant pour inscrire le troisième but. Ce dernier arriva enfin à un peu plus de dix minutes du terme des débats, lorsque Wahbi Khazri plaçait avec finesse un ballon non-maitrisé par l'arrière garde arlésienne (3-0), récompensant ainsi le travail de sape de tout un collectif.
Il était temps pour les bleus de communier avec le formidable public, qui on le répète, aura jouer un rôle prépondérant dans la victoire de ce soir.
Et on le répète à l'envie : UN CAPPIEREMU MAI ! On ne lâchera jamais...

FORZA BASTIA

À lire également

Ricevete a lettera