Lens 1-3 Bastia : la revue de presse

Bien que privé de son capitaine Yannick Cahuzac et de sa pépite Sadio Diallo, le Sporting a fait voler en éclats le Racing Club de Lens qui avait misé gros sur ce match. Revenchards avant la rencontre, Jean-Louis Garcia et ses troupes ont donc bu la tasse dans leur antre de Félix Bollaert, médusé après une heure de jeu.

L’Equipe.fr : Bastia s'en rapproche

Leader de la L2, Bastia a fait un grand pas vers la L1 en s'imposant sur la pelouse du RC Lens (3-1). A onze journées de la fin, le club corse compte désormais dix points d'avance sur le quatrième Troyes.

Les journées défilent, et rien ne semble pouvoir dévier Bastia de sa trajectoire. A onze journées de la fin, il faudrait que le club corse soit victime d'un incroyable coup de pompe pour qu'il ne retrouve pas l'élite l'an prochain, sept ans l'avoir quittée. A en juger sa forme actuelle, ce n'est franchement pas la tendance du moment. Depuis fin novembre, les joueurs de Frédéric Hantz n'ont perdu qu'à une seule reprise pour trois nuls et huit victoires. Celle enregistrée à Bollaert lundi soir leur permet de porter à dix points leur avance sur le quatrième Troyes. Autant dire qu'ils peuvent voir venir.

Pour se défaire d'une formation lensoise coriace en première période, apathique en début de seconde, Jérôme Rothen et ses équipiers ont usé d'un froid réalisme. Trois occasions, trois buts. Le tout en neuf petites minutes. Sur un corner de Rothen, El-Azzouzi (auteur de son septième but cette saison) a porté un premier coup aux ambitions lensoises d'une tête plongeante. A la 54e, Rothen a fait vaciller encore un peu plus les Sang et Or en transformant un penalty obtenu par Maoulida. Deux minutes plus tard, Maoulida -encore lui- a définitivement assommé ses anciens partenaires d'une reprise de volée.

Tout proche d'ouvrir le score dès la sixième minute, bien dans son match, Lens a payé au prix fort sa mauvaise entame de deuxième période. Dans le brouillard de Bollaert, les protégés de Jean-Louis Garcia sont bien parvenus à réduire la marque par Koïta (67e), mais il était déjà trop tard. Moins électrique que le match aller grâce notamment aux rappels à l'ordre de M. Turpin qui n'a pas hésité à arrêter le jeu à deux reprises, cette rencontre a certainement enterré les derniers espoirs de remontée du RCL. Avec seulement cinq points d'avance sur la zone de relégation, le club sang et or va désormais devoir surveiller ses rétroviseurs.

FranceFootball.fr : Bastia y va tout droit

La Ligue 1 tend les bras au SC Bastia. Froids de réalisme ce lundi sur la pelouse de Lens (3-1), les Corses ont fait un pas gigantesque vers la montée grâce à cette victoire décrochée à Bollaert. Loin de l'ambiance délétère du match aller, conclu par une bagarre générale, trois cartons rouges et huit jaunes, les protégés de Frédéric Hantz ont fait tomber des Nordistes jusqu'ici invaincus en 2012.

Après une première période bien négocié, le RC Lens a finalement craqué au retour des vestiaires, sur des réalisations d'El-Azzouzi (47e), Rothen (55e) et Maoulida (58e). Koïta (67e) a bien réduit la marque, mais trop tard pour les Sang et Or. Grâce à ce succès, le SCB conforte sa place de leader en prenant huit longueurs d'avance sur Clermont (2e), et dix sur Reims (3e) et Troyes (4e). A onze journées du terme de la saison, le promu bastiais est donc bien lancé pour décrocher une seconde montée d'affilée.

Sport24 : Bastia, l’opportuniste

Bousculé pendant une mi-temps à Lens (1-3), Bastia a finalement conforté sa position en inscrivant ses trois buts en un quart d’heure. Le quatrième, Troyes, est désormais à dix points des Corses, plus que jamais premiers.

Evidemment, ce n’était pas un match comme les autres, cinq mois après ces tristes incidents de Furiani, qui avaient engendré trois expulsions (Sow, Cichero et Cioni), un stade et un joueur (Cichero) suspendus sur une longue durée et un nez cassé pour un dirigeant local. Et accessoirement, un match nul fertile en buts (2-2). La tension a été palpable lundi soir sur certains contacts entre Lensois et Bastiais mais l’arbitre Clément Turpin, probablement choisi pour tempérer les esprits, a tenu tout son monde, comme on a pu le constater avant la pause et cette réunion entre chaque équipe (45e). Pour ce qui est de la partie football, hélas, ce ne fut pas le duel le plus emballant de la saison, le contexte particulier ayant peut-être eu un effet inhibant. Le Sporting Club de Bastia a en fait forcé la décision (1-3) en un quart d’heure terrible pour son hôte : Yacine El-Azzouzi coupait le corner limpide de Jérôme Rothen (0-1, 47e), qui se muait en exécuteur de penalty après que Bergdich ait taclé maladroitement Maoulida (0-2, 55e). Et comme si cela ne suffisait pas, ce dernier y allait lui aussi de son petit but, d’une demi-volée soudaine (0-3, 57e). L’ex-attaquant Sang et Or avait le bon goût de ne pas en rajouter en ne le célébrant pas.

Lens est parvenu en partie à enrayer le jeu bastiais. En misant sur la vitesse de ses attaquants et de Bengali-Fodé Koita, qui était à deux doigts de faire vibrer Bollaert sur la première action du match. Mais son plat du pied droit, succédant à une astucieuse remise de Sow, frôlait le montant gauche d’un Novaes pas malheureux sur le coup (6e). Le leader de la Ligue 2 avait le monopole du ballon sans en faire grand-chose, tandis que du côté artésien, on s’évertuait aussi à bien défendre. Et logiquement, Julien Toudic profitait d’un coup-franc lointain pour faire briller le gardien brésilien, auteur d’une habile claquette (27e). C’en était tout pour les quarante-cinq premières minutes, durant lesquelles El-Azzouzi n’a jamais été servi dans de bonnes conditions. La rengaine était différente dans le deuxième acte. Bastia mit KO par terre Lens avec ces trois buts, et Maoulida aurait même pu en ajouter un quatrième (68e). Peu de temps auparavant, Koita avait eu le mérite de remettre un peu d’ordre dans la maison nordiste (1-3, 67e). Cependant, les destins sont clairement croisés entre les deux formations : les hommes de Frédéric Hantz, qui possèdent dix points d’avance sur Troyes (4e), foncent vers l’élite quand Lens doit se remettre au plus vite de ce coup d’arrêt.

Sports.fr : Bastia y fonce tout droit

Vainqueur de Lens (3-1) ce lundi en clôture de la 27e journée de Ligue 2, Bastia possède désormais 10 points d'avance sur le quatrième à onze journées de la fin. Dans le sillage d'un très bon Jérôme Rothen, les Corses se rapprochent de plus en plus d'un retour dans l'élite, sept ans après leur dernière descente. Lens, en revanche, va devoir commencer à surveiller ses rétroviseurs.

On attendait une revanche, un match animé après les malheureux incidents observés à l'aller à Furiani qui avaient abouti à une bagarre générale et à la suspension du Lensois Cichero auteur d'un mauvais geste sur un dirigeant corse. Si la première période, plutôt calme, a fait illusion, le deuxième acte n'a même eu le temps de prolonger l'illusion tant Bastia a plié l'affaire en moins de dix minutes.

Lens avait pourtant du coeur et surtout le goût d'entrevoir une toute autre fin de saison en cas de succès. Avec un championnat aussi dense et compact, les Sang et Or passent d'une émotion à l'autre au fil des matches. Une bonne série et l'espoir d'une remontée ressurgit, deux mauvais résultats et la zone rouge se met de nouveau à leur faire dangereusement de l'oeil. Valeureux mais maladroits, les Nordistes sont tombés dès l'entame du deuxième acte, laissant sans doute une partie de leur concentration au vestiaire. Sur un corner frappé par Rothen, El Azzouzi, étrangement seul au premier poteau, se jette et dévie du pied droit dans le but de Fabre (0-1, 47e).

Sept minutes plus tard, Rothen double la mise sur penalty (0-2, 54e) grâce à un penalty obtenu par Maoulida, fauché par Berdich. L'ancien Lensois met un peu plus ses anciens partenaires dans l'embarras en triplant la mise suite à un délicieux travail de Rothen, combatif sur son aile gauche pour parvenir à centrer. El Azzzouzi dévie pour Maoulida qui reprend et corse un peu plus l'addition devant son ancien public (3-0, 58e). En moins de quinze minutes, Lens a totalement sombré.

Rothen: "Un mental assez exceptionnel"

Koita a beau réduire la marque moins de dix minutes plus tard en reprenant de la tête un ballon naviguant dans la surface bastiaise (1-3, 67e), Lens fait le forcing mais ne revient pas pour la plus grande fureur d'une partie de ses supporters qui commence à inonder le terrain d'objets les plus divers. La fin de match est tendue, M.Turpin avertissant Ducasse et Rothen après un début d'échauffourées. Bastia voit la Ligue 1 se rapprocher avec dix unités de marge sur le quatrième et peut même rêver d'un deuxième titre de champion de deuxième division (après 1968) puisque les Corses possèdent huit longueurs d'avance sur Clermont, deuxième.

Jérôme Rothen, auteur d'un but et de deux passes décisives, peut savourer sans toutefois s'enflammer: "Ils nous ont bien bougé, on savait qu'ils allaient mettre une grande intensité physique pendant une demie-heure au moins, comme au match aller, confie sur Eurosport l'ancien Parisien. Il fallait qu'on résiste, on l'a bien fait je pense malgré une grosse occasion. Mais, même si on avait pris ce but, je pense que, cette année, on a un mental assez exceptionnel pour pouvoir réagir. Le coach nous a dit de continuer, qu'on pouvait mieux faire car on avait trop de déchet dans la dernière passe. Le but de Yassin d'entrée nous a libéré, ils se sont plus livrés et on a pu les surprendre en contre comme sur le penalty obtenu par Toifilou. On progresse bien et, même avec les absents, on a de la réussite." Tout le contraire de Lensois, toujours à cinq points d'une zone rouge où Le Mans possède deux matches de plus qu'eux à jouer. Pour les Sang et Or, la suite pourrait s'avérer crispante.

Foot National : Bastia s'offre Lens à Lens et fonce vers la Ligue 1

Quel match ce soir au stade Félix-Bollaert! En clôture de la 27ème journée de Ligue 2, Bastia est allé s'imposer à Lens (1-3). Pourtant, les Corses ont plutôt souffert en première période et ont dû s'en remettre à un bon Novaes et à quelques approximations lensoises pour rejoindre les vestiaires sur un score nul et vierge.

Et puis, dès le début de la seconde période, le Sporting a été d'un réalisme glacial en inscrivant trois buts en onze minutes (!). El-Azzouzi, dès l'entame, puis Rothen sur penalty et Maoulida ont permis aux visiteurs de compter trois buts d'avance. A noter que Rothen a soigné ses stats ce soir avec un but et deux passes décisives. La réduction du score de Koïta n'y changera rien. Lens a quasiment dit adieu à la remontée immédiate alors que Bastia, qui compte désormais dix points d'avance sur le quatrième (Troyes), a quasiment mis un pied en Ligue 1.

Sport.fr : Bastia refroidit Lens

Lens et Bastia se retrouvaient ce lundi en clôture de la 27ème journée de Ligue 2. Alors que le match aller avait été complétement gâché par des comportements indignes de sportifs professionnels, cette rencontre avait un arrière-gout de rachat. C'est raté puisque même si les Corses se sont brillamment imposés (3-1), la partie aura été une nouvelle fois bien trop houleuse.

Une bagarre générale, 3 cartons rouges, 8 jaunes et un stade Furiani suspendu alors pour un mois. Rarement un match de football aura été aussi houleux. A l'occasion du match retour comptant pour la 27ème journée de Ligue 2, Lens et Bastia avaient à cœur de montrer un tout autre visage. Du moins avant le coup d'envoi. Au terme d'une partie qui aurait pu dégénérer à plusieurs reprises, c'est finalement le Sporting qui l'a emporté. Et de quelle manière ! Malmenés en première période, les Corses ont su faire le dos rond ... et profiter de la maladresse des Sang et Or. Koita (6e et 20e), Toudic (27e) et même Genest (31e), qui aurait pu marquer contre son camp, ont contraint Novaes à des arrêts de grande classe. En difficulté, Bastia aura toutefois eu le mérite d'y croire et de se montrer réaliste. Peu après le retour des vestiaires, El-Azzouzi a d'abord ouvert le score sur un corner de Rothen (0-1, 47e). Pour leur première véritable occasion, les Bastiais prenaient l'avantage, contre le cours du jeu. Survoltés par ce but, les Corses ne s'arrêtaient pas là. Déséquilibré par un tacle de Bergdich, Maoulida obtenait un penalty que Rothen transformait en prenant Fabre à contre-pied (0-2, 55e). Complétement assommés, les Lensois ont finalement sombré sur le troisième but bastiais. Au terme d'un très bon travail, Rothen centrait et trouvait El-Azzouzi qui d'une déviation de la tête offrait le but du KO à Maoulida (0-3, 58e). La réduction du score de Koïta de la tête (1-3, 67e) n'y aura rien changé, Lens est tombé face au réalisme sans pitié du Sporting. La fin de match une nouvelle fois très houleuse sera à oublier tant le jeu proposé par les deux équipes est le plus important à retenir. En l'emportant, Bastia a mis un pied en Ligue 1. A onze journées de la fin de la saison, les Corses sont plus que jamais leader avec huit points d'avance sur leur dauphin, Clermont. A huit points du podium, Lens (12e) a, lui, dit adieu à ses espoirs de montée. Les Sang et Or pourraient même avoir que mauvaise surprise à la fin de l'exercice puisqu'il ne compte que 5 points d'avance sur la zone rouge.

France 3 Corse : Bastia prend le large en coulant le RC Lens

Bastia a assommé Lens au retour des vestiaires lundi, avec trois buts en 12 minutes (3-1)

Bastia s'échappe en tête de la L2 avec désormais 10 points d'avance sur le quatrième. Après une première période poussive, sans véritable occasion, le leader a accéléré dès le retour des vestiaires et a tué tout suspense rapidement.

Ecœurés par ce récital corse, certains supporteurs lensois préféraient quitter le stade Felix-Bollaert.

El Azzouzi marquait le premier but corse sur corner à la 47ème en devançant le capitaine lensois Yahia pour tromper Fabre. A la 55ème, Bergdich commettait une faute sur Maoulida dans la surface de réparation et malgré les sifflets nourris du stade Felix-Bollaert, Rothen transformait le penalty. Trois minutes plus tard, Maoulida, encore Lensois en début de saison, faisait très mal à son ancien public en marquant le troisième but d'une reprise tranquille (58ème).

Certains supporteurs lensois ont alors quitté le stade, se privant de la réduction du score du joueur très prometteur prêté par Montpellier, Fodé Koïta, de la tête (67ème). Mais Bastia tenait sans problème sa 5ème victoire en six journées.

Pour Lens, ce résultat fait très mal après une série de huit matches sans défaite (six nuls, deux victoires). Les Sang et Or, qui ont sans doute dit adieu pour de bon à la remontée immédiate, vont maintenant devoir penser à assurer leur maintien en L2, avec seulement cinq points d'avance sur le premier relégable.

Après les incidents du match aller (2-2), ce Lens-Bastia s'est joué dans l'ensemble dans un bon esprit, malgré le jet sur le terrain de quelques objets par des spectateurs mécontents du score. Un tacle appuyé du Bastiais Thauvin sur Rémy (sanctionné d'un carton jaune) a toutefois provoqué la colère des Lensois et un regroupement musclé autour du joueur fautif.

Le10sport : Bastia écrase Lens

En clôture de la 27e journée de la Ligue 2, Lens a bu la tasse à Félix-Bollaert devant Bastia (1-3). Le Sporting fait un pas de plus vers la Ligue 1.

Les retrouvailles ont plutôt été cordiales entre Lensois et Bastiais. A l’aller, en Corse, une bagarre avait éclaté entre les deux équipes mais aucune histoire n’est venue entachée la rencontre retour si ce n’est un fumigène balancé peu après l’heure de jeu et le fait qu’une quarantaine de supporters du Sporting Club Bastia aurait saccagé la terrasse d’un café et se sont heurtés à la police dans l’après-midi (selon Nord Eclair).

3 buts du SCB en 11 minutes !

Sur le terrain, Bastia a accéléré après la pause. A 0-0 au retour aux vestiaires, les Corses ont marqué trois fois par l’intermédiaire d’El-Azzouzi, Rothen (sp) et Maoulida en 11 minutes ! Les Sang et Or réduiront la marque grâce à Koïta.

Eurosport : Bastia s’en rapproche, Lens s’en éloigne

Qu'est-ce qui pourrait encore empêcher Bastia de remonter en Ligue 1 ? Si les Corses ne voudront sans doute pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, ils se sont placés sur la voie royale en dominant Lens au Stade Bollaert (1-3) lors de la 27e journée, lundi. Une première depuis 1978. Avec 52 points, les hommes de Frédéric Hantz sont toujours intouchables dans leur fauteuil de leader. Clermont, leur dauphin, pointe à huit longueurs. Surtout, ils ont creusé l'écart avec la 4e place occupée par Troyes (42 points). Avec un matelas de 10 points d'avance, il faudrait désormais un énorme accident pour que les Bastiais échouent hors du podium. Un podium sur lequel les Lensois peuvent faire une croix. Les Sang et Or restent bloqués à la 12e place et regardent désormais derrière. Le Mans, premier relégable avec deux matches en retard, n'est qu'à cinq points...

12 minutes fatales

Le RCL, qui restait sur huit matches sans défaite (six nuls, deux victoires), pouvait espérer s'immiscer dans la course à la montée en cas de victoire. En seulement 12 minutes, le club artésien a perdu ses illusions. Pourtant, dans un épais brouillard, il a peut-être signé la meilleure première période de sa saison. Fodé Koïta, prêté par Montpellier, était même tout près d'ouvrir rapidement le score mais sa frappe passait à côté (6e). L'attaquant lensois finissait par trouver le chemin des filets à la 67e minute (1-3). Trop tard. Le public de Bollaert avait déjà commencé à déserter les tribunes. Car, entre temps, Bastia avait fait la différence dès le retour des vestiaires. "On a fait une première mi-temps un peu au-dessus de Bastia mais une mauvaise entame de deuxième période", a parfaitement résumé Franck Queudrue à l'issue du match.

Emmené par un très bon Jérôme Rothen, Bastia a montré pourquoi il domine la Ligue 2. El Azzouzi marquait le premier but corse sur corner à la 47e en devançant le capitaine lensois Yahia pour tromper Fabre (0-1). A la 55e, Bergdich commettait une faute sur Maoulida dans la surface et, malgré les sifflets nourris du stade Bollaert, Rothen transformait le penalty (0-2). Trois minutes plus tard, Maoulida, encore Lensois en début de saison, faisait très mal à son ancien public en marquant le troisième but d'une reprise tranquille (58e, 0-3). Après les incidents du match aller (2-2), les Corses n'ont pas été vraiment inquiétés dans un match disputé dans un bon état d'esprit, malgré le jet sur le terrain de quelques objets par des spectateurs mécontents. Si Lens devra panser ses plaies, Bastia peut donc être serein. Avec trois matches à domicile lors des quatre prochaines journées, les voyants sont au vert pour le SCB.

À lire également

Ricevete a lettera