Monaco 0-1 Bastia : la revue de presse

Pourtant privé de ses deux meilleurs buteurs, le Sporting a triomphé en terre monégasque, s'appuyant sur un état d'esprit irréprochable. Vendredi, c'est Reims en qualité de dauphin qui se pointera à Furiani, car ce soir, les bleus sont tout simplement... Leaders du championnat !

LFP.fr : Le SC Bastia prend la tête
En attendant les rencontres de ses adversaires, le SC Bastia a pris les commandes de la Ligue 2 après sa victoire sur la pelouse de l’AS Monaco (0-1).
Pour la réception du SC Bastia, l’AS Monaco apportait du sang neuf à son onze titulaire en alignant cinq de ses neuf recrues hivernales. De leur côté, les Corses pouvaient compter sur le retour de l’un de leur meilleur joueur, S. Diallo, parti à la CAN et désormais prêté par le Stade Rennais. Les Monégasques laissaient paraître une belle impression en première période. Ils montaient peu à peu en puissance, rassurés par la belle prestation de Kagelmacher en défense. Cependant, cette embellie disparaissait au retour des vestiaires.
La seconde période était largement dominée par les Bastiais. Beaucoup plus présents au milieu du terrain, les Insulaires occupaient mieux l’espace et contrôlaient les opérations. Les joueurs de la Principauté étaient acculés sur leur but et ne parvenaient plus à construire leur jeu. Les Corses trouvaient logiquement la faille en fin de match. Sur un corner de Rothen, S. Diallo propulsait le ballon au fond des filets de la tête (0-1, 86e) et offrait la victoire à sa formation. Toujours aussi important dans l’équipe corse, l’international guinéen signait son retour avec son 6e but de la saison. Le Stade de Reims et le Clermont Foot n’ayant pas pu jouer ce week-end, les Bastiais s’emparent de la 1ère place du classement. L’ASM glisse à la 19e position.

L'Equipe : Bastia prend le pouvoir
Les retrouvailles entre Ludovic Giuly et Jérôme Rothen à Louis-II ont tourné à l'avantage du gaucher, Bastia s'étant imposé en terre princière sur la plus petite des marges (1-0). Grâce à cette douzième victoire de la saison, les joueurs de Frédéric Hantz prennent les commandes de la Ligue 2, alors que leurs adversaires ne décollent toujours pas de la zone rouge.
Le duel semblait déséquilibré sur le papier (Bastia était 3e avec 39 points, Monaco 19e avec 20 points) et il l'a également été sur le terrain. Les Monégasques, qui ont entamé une énième phase de leur reconstruction après le mercato, se cherchent encore, c'est clair et net. Au contraire des Corses, pourtant privés de Maoulida et Khazri, dont le collectif bien huilé devrait les envoyer en Ligue 1, alors qu'ils arrivent du National.
Diallo marque sur un corner de... Rothen
Les quelques centaines de supporters bastiais ont dû attendre la 86e minute pour voir leur équipe ouvrir le score, par l'intermédiaire de Diallo suite à un corner de... Rothen. Avant cela, les meilleures occasions avaient été corses (Rothen, 25e ; Genest, 53e ou El-Azzouzi, 79e) mais à chaque fois, Subasic s'était montré intraitable. Les locaux ont bien tenté quelques mouvements intéressants, mais avec six nouveaux joueurs sur le terrain, à la 70e, difficile d'être fluides. Qui plus est, les Monégasques ont connu une grosse baisse physique après la 60e minute, ce qui a permis aux Bastiais de mettre vraiment la main sur le match, avec l'issue que l'on sait. Tandis que la route vers la L1 est de plus en plus ouverte pour les uns, le long chemin de croix se poursuit pour les autres.

France Football : Bastia reprend la pole
On n'arrête plus Bastia. Solides et globalement dominateurs lundi à Monaco (1-0), les Corses y ont remporté leur huitième victoire en dix matches, toutes compétitions confondues, et reprennent, au moins provisoirement (Reims et Clermont comptent un match de moins) ce siège de leader qu'ils n'avaient plus occupé depuis six mois. Ils comptent surtout, désormais, huit points d'avance sur Nantes, 4e, même si les Canaris ont eux aussi un match de moins au compteur.
Autant dire que Bastia, promu cette saison, est plus que jamais un candidat sérieux à la montée en Ligue 1. Relégué de l'élite cet été et englué dans les profondeurs du classement (19e), Monaco est lui bien loin de ces considérations. Invaincus depuis cinq matches en Championnat, les hommes de Marco Simone sont retombés dans leurs travers. Malgré un mercato hivernal pour le moins mouvementé (9 recrues, dont 5 étaient titulaires ce soir), ils n'ont jamais semblé en mesure de remporter leur ... deuxième victoire de la saison à domicile face à un adversaire au collectif bien mieux huilé.

Monaco toujours avant-dernier

Longtemps bousculés, les Monégasques ont assez logiquement fini par céder sur une tête de Sadio Diallo, déviée par le malheureux Kurzawa suite à un corner de Rothen (86e). Résultat, ils restent 19es et avant-derniers, toujours à trois points d'Arles-Avignon, premier non relégable. La fin de saison s'annonce longue, très longue, du côté du Rocher...

Sport24.com : Bastia est insatiable
En s’imposant au finish sur la pelouse de Monaco (0-1), une première depuis quarante ans, Bastia poursuit son irrésistible dynamique, prenant du même coup provisoirement la tête du championnat.
Interrogé par nos soins en prélude de ce Monaco-Bastia, Jérôme Rothen confiait ses ambitions élevées pour son club. Une victoire précieuse plus tard, obtenue grâce à l’un de ses corners qui a atterri sur la tête de Diallo (0-1, 86e), on se dit que l’ex-Parisien a bien raison de viser les étoiles. L’équipe corse, qui enchaîne un sixième succès en sept rencontres, déloge de la première place le Stade de Reims, qui n’a cependant pas pu jouer samedi dernier à cause du froid sibérien. Entre deux équipes qui ne partagent pas le même vécu, la balance a vite penché en faveur des Bastiais, qui assumaient leur statut de troisièmes. Genest, qui avait déjà chauffé les gants de Subasic dans les premières secondes, était en bonne position mais faisait preuve de précipitation (13e). Dans la foulée, Robail s’infiltrait dans la surface princière, sans toutefois servir l’un de ses partenaires (15e) et Rothen, de retour dans un stade où il a souvent brillé, forçait sur coup-franc le nouveau portier de l’ASM à s’envoler (28e).
Des escarmouches, donc, comparées aux tentatives des joueurs de la Principauté, certes rares, mais plus prononcées. Barazite, qui débutait sous ses nouvelles couleurs au même titre que le gardien, Koman et Dirar, jouait en une touche de balle pour Germain, qui butait sur Novaes (19e), et l’ex-attaquant de Bruges, qui tergiversait trop dans son débordement (21e), le tout avant d’adresser une frappe tendue trop enlevée (34e). Peu emballant dans son premier volet, la rencontre allait baisser encore de rythme autour des vestiaires, en dépit de l’emprise bastiaise. Mais Monaco, au lieu de croire en ses chances, allait sombrer, ne parvenant quasiment plus à franchir la ligne médiane, à part lors des frappes désespérées de Barazite (66e) et Touré (68e). La rentrée d’El-Azzouzi à la place de Suarez (78e) allait a contrario redynamiser sa formation. L’attaquant faisait parler sa puissance sur son premier ballon et tombait sur Subasic (79e). Puis Kagelmacher le ceinturait dans la zone de vérité, sans que Monsieur Gauthier ne bronche (82e). Le surgissement de Diallo avait finalement valeur de récompense pour le nouveau leader de la L2, qui mettait fin à quarante ans de malédiction, et de dur retour à la réalité pour les joueurs du Rocher.

Foot365.fr : Le patron, c'est Bastia
Plongé dans l’anonymat du National la saison dernière, Bastia s’apprête à retrouver les projecteurs de la Ligue 1. Le club corse a fait un pas supplémentaire vers l’élite suite à sa victoire contre Monaco (0-1, 23eme journée de L2). Le succès bastiais a mis 87 minutes à se dessiner. Au terme d’un match fermé à double tour, S.Diallo a délivré son équipe suite à un coup de tête décroisé sur un corner de Rothen. La joie des supporters corses fut à la hauteur de leur crispation tout au long de la rencontre. Car avec ce précieux succès, l’équipe de Frédéric Hantz s’empare des commandes de la Ligue 2 à quinze journées de la fin. Bastia a donc profité du report de plusieurs matchs pour récupérer provisoirement la couronne de leader, Et vu l’état de ses concurrents, Clermont et Reims, il est possible que le SCB reste en haut pendant quelques semaines encore...

Foot-National : Bastia, vainqueur à Monaco, nouveau leader de la Ligue 2
Il y avait de l'enjeu ce lundi soir au stade Louis-II entre Monaco et Bastia. Et au terme d'une rencontre longtemps indécise, ce sont les Corses qui se sont imposés en Principauté (0-1). Un but signé Sadio Diallo, à la réception d'un corner de Jérôme Rothen, a permis aux Bastiais de prendre les trois points à la... 86ème minute.
Grâce à ce précieux succès, les hommes de Frédéric Hantz sont les nouveaux leaders de la Ligue 2, en attendant les résultats de Reims et de Clermont, qui n'ont pas joué le week-end dernier. En revanche, rien ne va plus pour Monaco, qui avait pourtant une belle occasion de sortir de la zone rouge mais qui ne l'a pas saisie. Ce n'est peut-être que partie remise pour le club du Rocher. Nouvel élément de réponse vendredi, ce sera du côté d'Arles-Avignon.

Sport.fr : Bastia s'empare des rênes
Le nouveau leader du championnat de Ligue 2 se nomme Bastia. Profitant des sept matchs reportés ce week-end, et principalement ceux de Clermont et Reims, le SCB s’est emparé des rênes du classement, en s’imposant ce lundi soir sur la pelouse de l’AS Monaco (1-0). Le club de la Principauté n’a craqué que dans les derniers instants de la partie, en encaissant un but de Diallo à la 87e minute. Les Corses prennent ainsi un point d’avance sur Clermont Foot et deux sur le Stade de Reims, mais comptent un match de plus. Battu, malgré ses dix recrues hivernales, le club du Rocher ne bouge pas de sa 19e place au classement.

Sports.fr : Bastia crucifie Monaco
Si pas moins de neuf recrues venues d'un peu partout sur la planète sont venues renforcer Monaco lors du mercato d'hiver, l'ASM n'est pas encore guérie. A l'heure d'accueillir Bastia, lundi, lors de la 23e journée de Ligue 2, les Monégasques se sont en effet inclinés en fin de match, après un but contre son camp de Kurzawa (1-0). Des Bastiais qui profitent de ce succès pour prendre provisoirement la tête du championnat.
Les miracles n'existent pas. A l'heure de faire prendre une greffe de grande ampleur à son effectif, avec l'adjonction de pas moins de neuf joueurs venus d'un peu partout, Monaco ne pouvait pas espérer devenir une machine intraitable du jour au lendemain. La preuve en est, l'ASM s'est inclinée face à Bastia, lundi, dans le cadre de la 23e journée de Ligue 2 (1-0). Pourtant, la première période avait auguré quelques bonnes choses, et quelques éclairs d'espoir dans la grisaille du Rocher. "On a eu les occasions en première période", note ainsi Jean Petit, au micro d'Eurosport.
Mais au retour des vestiaires, le visage monégasque fut tout autre. "On a retrouvé nos vieux démons, on a moins bien joué, il y avait moins de disponibilité. La fébrilité nous a gagné, regrette l'adjoint de Marco Simone. C'est dommage. Peut-être que le groupe n'est pas encore bien formé, et qu'on est moins bien physiquement." Résultat, Monaco reste englué à la 19e place, et ne sort pas de la zone rouge.
Bastia prend goût au podium
"Il y a vraiment de bons joueurs qui sont arrivés, qui nous ont posé des problèmes, encourage pourtant Jérôme Rothen, un ancien de la maison, toujours sur Eurosport. C'était leur premier match, il ne faut pas leur en vouloir. J'espère vraiment qu'ils vont s'en sortir." De son côté, celui qui évolue désormais à Bastia se réjouit de ce résultat obtenu à Louis-II, synonyme de première place provisoire au classement. "C'est une victoire qui compte, souffle le gaucher. On a mis ce qu'il fallait pour aller la chercher."
Après avoir fait le dos rond en première période, les Bastiais ont en effet accéléré au retour des vestiaires, pour finalement faire la différence sur coup de pied arrêté, Diallo contraignant Kurzawa à expédier le ballon au fond de ses propres filets (1-0, 87e). "Globalement on a été cohérent, et la victoire est au bout", se réjouit Réginald Ray, le coach adjoint. De son côté, Rothen reconnaît que cette victoire ne fait que renforcer les ambitions corses. "Il est encore trop tôt pour se réjouir, mais on prend du plaisir à être sur le podium. Moi je suis un compétiteur, et j'espère bien y rester jusqu'au mois de mai", conclut le milieu de terrain.

À lire également

Ricevete a lettera