Rappel à l'ordre pour le SCB

Alors que la victoire leur tendait les bras face au leader clermontois, les Bastiais ont laissé passer leur chance en faisant preuve d’une inhabituelle suffisance…

Si l'on devait trouver une moralité à la suite du choc au sommet de la Ligue 2, samedi, le vieil adage qui dit : « donner le bâton pour se faire battre » collerait parfaitement au scénario de ce match. Car il n'y a aucune autre expression pour qualifier la prestation des Bastiais en Auvergne. Maître des débats et largement supérieur à son adversaire pendant les 25 premières minutes, le Sporting a soudainement et de façon inexplicable, arrêté de jouer au football. Ou plutôt de pratiquer son football.

Habituellement rigoureux et concentrés sur leur jeu, les partenaires de Yannick Cahuzac ont tout simplement oublié les principes de base qui ont fait leur force depuis la campagne en national. Peut-être trop sûrs d'eux au vu de la physionomie de la rencontre, avec cet avantage au score et une supériorité numérique, les Bastiais l'ont « joué trop facile ».

Une suffisance, inhabituelle dans ce groupe, qui se sera payée cash. Au lieu de plier une rencontre qui leur tendait les bras, les hommes de Frédéric Hantz ont joué avec les Auvergnats, se contentant de faire courir le ballon. Sauf qu'en football, c'est souvent le don de soi, la gnac et le respect de l'adversaire qui font la différence. Des qualités absentes lors de la dernière heure de jeu.

Hantz : « Un manque de maturité »

Alors comment expliquer qu'une équipe aussi irréprochable depuis 18 mois ait réagi de la sorte ? Frédéric Hantz a sa petite idée sur la question : « J'ai beaucoup de joueurs qui découvrent la Ligue 2. Découvrir ce championnat, c'est une chose, aller chercher une première place, c'est autre chose. Alors oui je suis déçu du résultat car techniquement et tactiquement nous devions l'emporter, mais en terme d'expérience, il nous manque quelque chose. Il est évident que nous nous sommes battus seuls. A 1 à 0 en notre faveur, nous devons faire la différence à plusieurs reprises. Le premier but qu'on encaisse est largement évitable car nous ne sommes pas présents dans la surface. Le second l'est tout autant, avec une très mauvaise relance dans l'axe et puis il y a ce carton rouge totalement stupide. Sur certains faits de jeu, nous avons remis Clermont dans le match. Et mentalement ils sont devenus de plus en plus costauds au fil des minutes. On est sortis de la rencontre par manque de réalisme, par manque de concentration et au final on le paye cher. Nous n'avons pas su profiter d'une situation très favorable. Il y a eu un manque certain de maturité ».

Réagir face à Troyes

Un manque de maturité qui s'est notamment reflété dans le carton rouge reçu par Wahbi Khazri en début de seconde période. Un tacle inutile et qui aura fait basculer la rencontre. Même si le Sporting était déjà dépassé depuis plusieurs minutes. « J'ai envie de dire que Wahbi est allé chercher tout seul le carton rouge dans la poche de l'arbitre, peste Frédéric Hantz. J'avais prévenu mes joueurs à la mi-temps qu'au moindre tacle appuyé ou inutile, on ne nous ferait pas de cadeau. Et malheureusement on est tombé dans le panneau ! C'est une bonne leçon pour la suite. On ne se berce pas d'illusions et on sait que le chemin sera long. Nous n'avions pas forcément besoin d'un rappel à l'ordre car le groupe et le staff sont conscients du travail qu'il reste à faire. Peut-être que certains avaient besoin de cette défaite pour se replonger complètement dans notre projet, mais ce n'est pas général. C'est un résultat qui fait mal car même le nul aurait été une bonne chose. Nous verrons désormais notre capacité de réaction ».

Une réaction qui devra intervenir dès samedi prochain face à Troyes, un autre concurrent direct pour le podium. Reste donc à souhaiter que cette défaite à Clermont ait été « un mal pour un bien ».

Un rappel à l'ordre ou plutôt un rappel à de vraies valeurs footballistiques qui ne pourra pas faire de mal à un groupe qui s'est peut-être vu trop beau, trop vite ! Une accession en Ligue 1 ne se gagne pas seulement sur des qualités techniques, mais également sur des qualités de combativité et d'humilité…

Corsematin.com - Jean-Philippe Thibaudeau

À lire également

Ricevete a lettera