Réaction du député Sauveur Gandolfi-Scheit

stade1.jpg

Voici le communiqué de réaction du député Sauveur Gandolfi-Scheit, à l'annonce faite ce matin du report de la journée de Ligue 1 prévue le 5 Mai 2012.

Le député, qui a déjà proposé début Janvier (voir courrier ci-joint) le report de la journée au Lundi 7 Mai, entend désormais emporter la décision concernant la sanctuarisation définitive de la date du 5 mai dans les calendriers de la FFF et de la LFP.
C'est ce qu'il défendra le mardi 31 janvier prochain lors de la réunion qui se tiendra au ministère des Sports entre le ministre Douillet, les présidents Thiriez et Le Graet et les députés de la Corse.

« J’ai été informé ce matin par le ministre des Sports, de cette excellente nouvelle. Ce n’est que justice, après près d’un an de combat acharné pour faire modifier tout d’abord la finale de la Coupe, puis cette journée de championnat. Le travail constant mené aux côtés du collectif a porté ses fruits et je tiens à souligner la forte implication de David Douillet, qui se rendra en Haute-Corse le 18 février prochain, dans ce dossier. Je ne perds pas pour autant de vue que si nous avons remporté la partie pour 2012, rien pour l’instant n’est acté définitivement concernant la sanctuarisation définitive du 5 Mai, c'est-à-dire la suppression de cette date dans les calendriers de la FFF et de la LFP, et l’inscription de ce fait dans les règlements intérieurs de ces instances sportives. C’était d’ailleurs tout le sens du courrier que j’ai remis le 6 Janvier au ministre lors de notre réunion à l’Assemblée Nationale. Au-delà de la proposition de report de la journée de L1 au Lundi 7 Mai, qui semble être acceptée, l’exigence d’alignement sur le modèle anglais constituait une fois encore la revendication principale. Je compte bien évoquer une dernière fois cette question et emporter cette décision lors de la réunion que le ministre Douillet organisera ce Mardi 31 Janvier au ministère des Sports, en présence des présidents Thiriez et Le Graet et des députés de la Corse ».

À lire également

Ricevete a lettera