Sporting… On en parle !

eri.jpg

Tandis que le championnat fait relâche depuis plusieurs jours maintenant, le site officiel du Sporting s’est penché sur ceux qui font vivre le club sur la toile. Focus sur les sites et forums de passionnés…

« Bastia è Bastia », le nouveau venu
Les lieux de rencontre pour les supporters équipés du net sont nombreux. Et depuis quelques heures, un nouveau lieu d’échanges est né en l’occurrence de « Bastia è Basta ».
Voulu différent des autres, il tend a devenir un espace de dialogue constructif.
Le choix de la date d’inauguration n’est pas non plus anodine, puisque les administrateurs de « Bastia è Basta » ont choisi le 8 décembre pour faire partager leurs informations et recueillir l’avis de tous sur l’actualité de notre Sporting.
Vous pouvez dès a présent vous y rendre en cliquant ici.

Le tour d’horizon
Outre « Bastia è Basta » qui vient donc enrichir les espaces dédiés au Sporting, on dénombre pas moins d’une dizaine de sites de fans. Le plus connu d’entre-deux est sans aucun doute le doyen « ForzaBastia.com », véritable mine d’informations se déclinant même en plusieurs domaines avec « Bastia78 » pour l’épopée, « Drame de Furiani » en mémoire du 5 mai 1992 et « Sempre Bastia » pour retrouver toutes les statistiques du siècle écoulé et en cours, au même titre que son forum « Camperemu » qu’on ne présente plus.
Pour le reste, hormis le forum officiel, d’autres sites proposent un regard différend sur la vie du club comme « Turchini75 », l’incontournable point de chute des supporters du SCB à Paris où vous pourrez retrouver des informations sur les déplacements, mais aussi de succulents comptes-rendus sur les matchs des pros et même de la réserve, « Ave Bastia » ou encore les « supporters du SCB en Bretagne » qui a récemment ouvert ses portes.
Au rayon des groupes de supporters, « Bastia 1905 » et « Putenza Turchina » ; les deux principaux groupes de supporters locaux tiennent bien leur rang sur la toile, au même titre que les « Rebels » Outre-Rhin, ou encore « Diaspora Turchina » que l’on a présenté il y a quelques semaines.
Enfin, comment ne pas conclure par les « UltrasBastiacci », véritable vitrine de la légende de Furiani et des exploits du passé…

À lire également

Ricevete a lettera