Toifilou Maoulida pour deux ans à Bastia

Arrivé hier soir à l'aéroport de Bastia-Poretta, c'est ce matin que Toifilou Maoulida a paraphé son contrat de deux ans avec le Sporting Club de Bastia. Après avoir foulé une première fois la pelouse de l'Igesa ce matin, c'est cet après-midi qu'il suivra sa première séance collective.

Son profil avec Wikipedia
Toifilou est né à Mayotte, collectivité départementale française faisant partie de l'archipel des Comores, archipel situé dans l'Océan Indien, à proximité de Madagascar. Il en est aujourd'hui l'un des trois seuls natifs à jouer au football sous contrat professionnel (avec le havrais El Fardou Ben Nabouhaneet le Lyonnais Soidridinr Irchadi) alors que ses trois frères, installés eux aussi en France, tapent dans la balle mais pour le plaisir. S'il retourne dès que possible dans son île natale, Toifilou a toutefois grandi en métropole, à Marseille où ses parents étaient venus pour raisons professionnelles avant de repartir couler une retraite heureuse sous des latitudes ensoleillées. Il commence à jouer dans un club des quartiers nord de la cité phocéenne, l'ES Malpassé, le SC Bonneveine, avant de rejoindre le FC Istres dans l'équipe des moins de 17 ans.
Une saison lui suffit pour attirer l'attention de Montpellier HSC où il intègre le centre de formation. Milieu de terrain offensif à ses débuts, il devient attaquant sur les conseils de Fleury Di Nallo et de Mama Ouattara. Le retour en Ligue 1 n'empêcha pas La Paillade de connaître des soucis financiers qui l'obligèrent à céder Olivier Sorlin au Stade rennais avant que Toifilou n'emprunte le même chemin, pour 3,8 M€ : « Il fallait cela pour que le budget soit validé par la DNCG. »
Après Jean-Louis Gasset et Michel Mézy en Languedoc, Toifilou découvrait en Christian Gourcuff un nouvel entraîneur avec lequel tout se passait bien... jusqu'à son licenciement. Commençait alors la valse des entraîneurs au club breton avec Philippe Bergeroo, Vahid Halilhodžić puis en dernier lieu László Bölöni : «Je n'avais jamais connu cela précédemment même si je sais que cela fait partie du métier. Mais avec le dernier nommé, les choses ont pris une tournure imprévue et je n'entrais plus dans ses plans notamment avec l'arrivée annoncée de Tony Vairelles. »
On connaît la suite : les premiers contacts et l'arrivée au FC Metz, privé en quelques semaines de Jonathan Jager et Hakim Saci (blessés) et d'Emmanuel Adebayor parti au pied du rocher monégasque. « A Metz, j'ai de suite été séduit par l'ambiance qui règne au sein d'une équipe jeune. Cela nous permet de nous voir également en dehors du métier et il nous arrive souvent de manger ensemble à midi voire de se retrouver le soir. Depuis Montpellier, je n'avais plus vécu cela. » Il inscrit même un triplé lors de Metz - Le Mans remporté 5-0 par les messins.
Il ne parvient pas à s'imposer durant sa demi-saison à l'AS Monaco. Prêté en janvier 2006 à l'Olympique de Marseille, il y vit la meilleure période de sa carrière, inscrivant 11 buts et effectuant 13 passes décisives en 22 matchs, toutes compétitions confondues. Il marque le seul but marseillais contre le Paris Saint-Germain le 29 avril 2006, en finale de la Coupe de France, finale perdue par l'OM par 2-1 mais il rate son tir au but lors d'une seconde finale successive de coupe de France perdue par l'OM contre Sochaux.
Arrivant de Marseille à la demande de son ancien coach Jean Fernandez, il signe pour l'AJ Auxerre en juin 2007.
Le 2 janvier 2008, il signe au Racing Club de Lens, à la recherche d'un attaquant suite au départ temporaire d'Aruna Dindane pour la CAN. Lors de son premier match à Bollaert, et alors que Lens est à la peine en championnat, Maoulida marque le 1/4 de finale de Coupe de la Ligue de son empreinte, en inscrivant un superbe lob des 40 mètres. Il réédite sa performance contre l'Olympique lyonnais avec un but de la tête sur une passe d'Olivier Monterrubio qui délivre Bollaert dans une liesse extraordinaire. Face à Caen, le 10 février, il marque son 50e but en Ligue 1, mais aussi le plus rapide de la saison (17 secondes) et de l'histoire du RC Lens. Il disputa la finale de la Coupe de la Ligue 2008 perdue face au Paris SG 2-1. Il est auteur de la passe pour Eric Carriere. Le 8 août 2008, il annonce son choix de rester au club malgré la relégation, pour permettre au Racing Club de Lens de remonter en Ligue 1 dès la fin de la saison. Le 25 août 2008, il inscrit ses premiers buts en Ligue 2 avec le RC Lens, en réalisant un doublé face à Nîmes. Le 17 février 2009, à nouveau un doublé face à Vannes en Ligue 2. Toifilou fut le meilleur buteur du RCL durant cette saison de Ligue 2 et l'un des meilleurs buteurs du championnat. Le joueur originaire de l'île de Mayotte semble s'être imposé dans l'attaque du club et est très apprécié des supporters lensois. Malgré cette bonne année 2008/2009, il débute la nouvelle saison sur le banc de touche et il ne sera qu'un second choix aux yeux de son entraîneur, Jean-Guy Wallemme. Un statut qui pourrait le pousser à quitter le RCL lors du prochain mercato. Finalement, à cause des mauvais résultats des attaquants, notamment Eduardo et Issam Jemaa, Toifilou Maoulida refait son apparition en tant que titulaire et sauve la fin de saison de RC Lens, en devenant au passage le meilleur buteur du club, et le meilleur buteur du championnat au niveau du ratio temps de jeu / but. [non neutre] En 2010-2011, il confirme sa bonne forme en marquant dès la 1ere journée contre Nancy, mais depuis il ne connait plus la réussite qu'il avait en fin de saison 2009-2010. Il prolonge néanmoins au RC Lens d'une saison. Aprés l'annonce de la relégation du club en Ligue 2 , il décide de quitter le club à la fin de la saison, tout en s'entrainant avec le groupe professionnelle jusqu'à sa signature à Bastia.
Depuis ce matin, il est donc la cinquième recrue du SC Bastia où il a signé un contrat de deux ans avec le club leader de Ligue 2.

La fiche de Toifilou Maoulida

À lire également

Ricevete a lettera