Yannick Cahuzac : "aller au combat"

IMG_7996.jpg

Forcément revanchard après la rencontre de Troyes, le capitaine bastiais nous explique les raisons du coup de « mou » bastiais et se projette sur la venue de l’AS Monaco, qui devra marquer le début d’une nouvelle série positive. Interview…

Yannick, au-delà des erreurs de chacun, c’est dans l’état d’esprit et l’investissement que le Sporting a pêché vendredi à Troyes ?
Tout à fait. Je crois que nous avons surtout pêché dans l’investissement. On a cru qu’il suffisait d’endosser ce maillot et pénétrer sur le terrain pour que tout se fasse naturellement, surtout en première période avec une entame de match catastrophique. On a su le rectifier ensuite mais ça n’a malheureusement pas suffi. Désormais, tâche à nous de nous servir de ces erreurs pour ne plus les réitérer.

Peut-on parler d’inquiétude ou d’accident ? Ces vecteurs ont fait la force de ce groupe depuis plus d’un an…
J’aurais tendance à dire que c’est un accident même si ça fait maintenant trois matchs que nous n’arrivons quasiment plus à prendre de points. Ça peut être une inquiétude pour certains, mais pas pour moi. Je suis d’ailleurs convaincu que nous relèverons la tête vendredi en remettant le bleu de chauffe… et en allant au combat !

Votre excellent début de saison ponctué de l’historique engouement du public ne vous ont-il pas joué de mauvais tour ?
Il est vrai que peut-être, nous nous sommes inconsciemment reposés sur ça… Comme je t’ai dit par ailleurs, on pensait que de porter le maillot du Sporting allait faire le reste. Mais le football se joue aussi sur des détails et la différence se ressent à ce niveau. Et si en tout début de saison nous mettions tout en œuvre pour apporter beaucoup plus offensivement et défensivement, nous l’avons moins fait, une fois de plus inconsciemment. Tout cela se paie bien sur cash en Ligue 2.

Quel a été le discours du coach ces derniers jours ?
On s’est rapidement revus après la rencontre, notamment sur une séance vidéo pour remettre l’accent sur nos manques. Son discours a bien entendu été axé sur la remobilisation générale, le travail et surtout repartir sur des bases, car nous en avions oublié quelques-unes… Sans oublier de ne pas croire que tout arrive comme ça.

Désormais, c’est contre le 18ème du championnat mais surtout face à l’ogre Monégasque qu’il faudra impérativement réagir…
Peu importe leur position actuelle, Monaco reste la grosse équipe de cette Ligue 2. Ils viennent d’être relégués et disposent d’un effectif très étoffé en quantité et qualité. On sait qu’ils viennent de changer d’entraineur, mais malgré cela, nous savons que c’est le bon match pour nous permettre de repartir de l’avant. D’autant plus que nous avons à cœur de fournir une grosse prestation devant notre public et nos supporters qui répondent toujours présents. Oui, nous ferons un bon match !

Ce match conditionnera-t-il les deux autres à venir… Voir même plus à savoir le restant de la saison ?
Je pense que ces trois matchs seront déterminants pour la suite des événements. On ne se prend pas la tête pour autant en prenant les matchs les uns après les autres. Notre objectif est Monaco et Reims ne viendra qu’après.

Le public répondra une fois de plus présent. Une pression supplémentaire pour le groupe ?
Au contraire, c’est quelque chose de grandiose de pouvoir jouer devant un tel public. Surtout qu’il n’est pas passif comme dans la plupart des stades. Il nous pousse au bout de nous-même et nous encourage de la première à la dernière minute. C’est bien plus qu’un douzième homme !

À lire également

Ricevete a lettera