François Ciccolini : "Le plus important c'est l'avenir du Sporting Club de Bastia"

"Il manque du monde, comme toutes les semaines. Monaco a un match très difficile mardi, on ne sait pas quelle équipe ils vont aligner. Enzo s'est blessé à l'autre jambe. Il est absent quinze jours minimum. C'est difficile mais il faut faire avec. On n'a pas d'attaquant axial, à part Florian Raspentino.

On va faire comme on a toujours fait. Ca ne veut pas dire qu'on ne va pas bien faire les choses. Monaco a toujours le même système, la même idée, tout le monde est en difficulté contre eux.  En décembre, ils ont fait mouche à chaque fois. Ce sont leurs qualités techniques qui font peur. Même quand leurs attaquants ne jouent pas, le petit Mbapé est très bon aussi. Il va falloir prendre un point voire trois. 

Si le président ressent qu'il faut changer de coach, il changera. Le plus important ce n'est pas l'avenir du coach, c'est l'avenir du Sporting Club de Bastia. On espère toujours faire mieux, même quand on a fait un résultat positif, qu'on a été bons. On n'a pas fait les bons choix au mercato, on aurait dû changer plus de choses. Roland Courbis c'est mon ami, il m'a appelé. Je n'ai aucun problème avec ça. Personne n'est indispensable au Sporting. Personne !

Les rumeurs, ça a déstabilisé le vestiaire, c'est sûr. Toutes les équipes ont des coups de mou. C'est difficile, Metz, Nancy... Nous il faut qu'on s'occupe de nous. Nous on est instables, comme eux, il n'y a pas de constance dans ce qu'on produit. Il faut qu'on joue 90mn, on manque de maturité c'est vrai. Les buts qu'on prend, c'est sur des détails. Le match de Toulouse, on reste sur notre faim, on n'était pas mauvais. Si sur vos temps forts vous ne concrétisez pas, vous avez des soucis, quand vous êtes fragiles vous le payez cash. Il faut poser des problèmes à l'adversaire sinon vous vous exposez. On est plutôt dans la solidarité, dans l'entraide. 

Pour que le public revienne il faut qu'on soit meilleurs. Il faut montrer d'autres qualités pour enflammer ce stade. La barre du maintien, pour moi, elle est à 39 points. Je me mouille, mais je ne suis pas sûr. Quand vous êtes Corse, c'est très très difficile d'entraîner le Sporting Club de Bastia. C'est pas les poules qui chantent le plus fort qui pondent le mieux."

À lire également

Ricevete a lettera