La finale c'est dimanche !

15 ans après la finale ratée au Stade de France entre Bastia et Lorient en finale de Coupe de France, presque jour pour jour (c'était le 11 mai 2002), le Sporting a de nouveau affaire aux merlus pour un match capital. Ce sera à Fos-sur-Mer, en délocalisation, dimanche soir.

Cette fois-ci, c'est une place en Ligue 1 qui se joue. A l'époque, les Bretons avaient certes gagné la Coupe (et atteint la finale de l'autre Coupe, celle de la Ligue), mais ils étaient descendus en Ligue 2 à l'issue de la saison. Avec 35 points, ces derniers ne sont toujours pas sauvés. Et le Sporting pourrait recoller à un petit point de leurs adversaires du soir en cas de victoire, qui reçoivent tout de même contre Bordeaux pour la dernière journée.

Alors, il ne faut pas se mentir. La pire situation dans toute cette lutte pour le maintien, est évidemment celle des bleus. Lanterne rouge, deux à quatre points de retard sur les concurrents directs et seulement deux matchs à disputer dont un au Vélodrome et un autre à huis-clos : on a connu des ciels plus radieux du côté de Bastia, et c'est un euphémisme. 

Mais aujourd'hui, il n'est plus temps de décortiquer les chiffres ou de, comme on le dit, castrà i grilli. Aujourd'hui il reste deux matchs, six points, un groupe d'une vingtaine de joueurs et un seul objectif : tout rafler. Si le Sporting, sur ces deux dernières rencontres, rattrappe toutes ses erreurs de la saison, il peut encore se sauver. A la faveur d'une barre du maintien qui n'aura jamais été aussi basse et du système de barrages qui offre un réel sursis au dix-huitième, tout est possible. 

On dit que les Bastiais n'ont pas leur sort entre leurs mains : pourtant, c'est un peu le cas. Ce qui est certain, c'est que dimanche soir à 23h, on y verra beaucoup plus clair sur les chances de chacune des quatre (cinq ?) équipes à la lutte pour le maintien. Entre le Dijon-Nancy bouillant qui s'annonce et le Bastia-Lorient à Fos sur Mer, il y aura forcément des heureux et des malheureux. En cas de défaite ou de nul, Bastia peut officiellement être relégué ce dimanche. En cas de victoire, il lui restera à mettre toutes les forces dans la bataille à Marseille la semaine suivante. En tout état de cause, les coeurs turchini n'ont pas fini de battre à grande vitesse dans les jours à venir. 

À lire également

Ricevete a lettera