Le Sporting en quête d'un exploit au Parc

Jamais. Le Sporting Club de Bastia n'a jamais gagné au Parc des Princes contre le Paris Saint-Germain. Si les bleus ont déjà goûté à la victoire dans ce stade mythique, notamment en remportant la Coupe de France en 1981 face à Saint-Etienne, ils n'ont pas encore réussi en presque quarante années de professionalisme à terrasser l'hôte habituel des lieux. Pourtant, Paris n'a pas toujours été le premier budget du championnat, et n'a pas toujours compté des Di Maria, Pastore, Cavani et autres Verrati. Non, à une époque pas si lointaine, les joueurs phares du club de la capitale s'appelaient Frédéric Dehu, Modeste M'Bami ou José Aloisio. Pas des joueurs de second rang, mais pas non plus des stars internationales qui auraient leur place dans n'importe quelle grande équipe européenne, comme depuis l'ère Nasser. Et pourtant, déjà à l'époque, Bastia n'arrivait pas à s'imposer au Parc.

Même lorsque le Sporting était Européen, gagnait sur les pelouses de Marseille, Nantes, Lens ou Bordeaux, le Parc s'est toujours dérobé au succès des bleus. Alors pourquoi aujourd'hui, alors que Bastia pointe à la vingtième place, que Paris, quadruple champion de France, truste le podium, pourquoi réussirait-t-on à s'imposer là-bas ? 

Il faut avouer que les chances sont minces. Dans son agenda de fin de saison, en vue du maintien, il va sans dire que le match à Paris est certainement celui sur lequel les hommes d'Almeida comptent le moins. Mais si les bookmakers annoncent la côte du Sporting à treize contre un, il faut se dire une chose : les séries sont faites pour être arrêtées, et les pronostics pour être déjoués. Au coup d'envoi demain soir, il y aura onze Bastiais qui jouent leur survie face à onze superstars revanchardes, après une déroute contre Nice qui a fait très mal, tant sur le plan sportif que des expulsions. Tout autre résultat qu'une défaite, pour les bleus, serait synonyme d'immense espoir pour le maintien. 

À lire également

Ricevete a lettera