Le Sporting porte plainte pour faux

Le 15 novembre dernier, suite à la suspension infligée à son gardien Jean-Louis Leca pour un expulsion imaginaire à Lyon, notre club avait averti que la coupe était pleine et qu’à l’avenir le Sporting se réserverait la possibilité de poursuivre en justice pour « faux » les arbitres qui, dans leurs rapports complémentaires, persisteraient contre toutes les évidences, à consacrer des injustices quelconques et préjudiciables pour le SCB et ses composantes. 

Il n’a hélas pas fallu attendre plus de trois rencontres pour que de nouveau un de nos joueurs, Florian Marange, écope d’un carton rouge inexistant contre Bordeaux, les différents ralentis illustrant en effet clairement l’absence totale de contact entre notre défenseur et l’attaquant bordelais Jérémy Menez, auteur d’une simulation manifeste.

Soucieux de voir réparée cette énième injustice et donc ne pas avoir à passer à l’acte, notre club a fait parvenir le 1er décembre un courrier à l’arbitre de la rencontre, M. Sébastien Desiage, une demande officielle de retrait de ce carton rouge qui suspendait de facto Florian Marange pour le déplacement samedi dernier à Monaco.

Or, malgré les éléments vidéo à sa disposition qui lui permettaient à tête reposée de pouvoir corriger son erreur, M. Desiage a considéré au contraire qu’une « faute grossière » avait été commise, insistant sur un « excès d’engagement » qui «aurait pu nuire à l’intégrité physique de son adversaire ».

Dès ce moment, la suite était connue d’avance : refusant comme de coutume, sur la foi du rapport complémentaire,  de « réarbitrer la rencontre », la commission de discipline de la LFP a sanctionné hier soir Florian Marange de deux matches de suspension, dont un avec sursis.

C’est pourquoi, estimant que cet énième déni inadmissible constitue la goutte d’eau qui fait déborder un vase depuis des années plus que plein,  le SC Bastia a donc déposé ce jour devant le Procureur de la République de Bastia une plainte pour « faux ».

Simulation de Jérémy Menez

La simulation de Jérémy Menez

À lire également

Ricevete a lettera