R. Almeida : "Être les rois à domicile"

Comment se sont établis les contacts avec le Sporting ? Avez-vous été surpris ?

 

Avant tout, je voudrais remercier le club, je suis très heureux d’être au Sporting Club de Bastia. Tout s’est passé très vite, j’étais à Paris lorsque l’on m’a appelé. C’est un challenge très intéressant. J’ai confiance en mon travail, je suis sérieux et j’ai de l’ambition. Le plus important c’est que Bastia reste en Ligue 1, on parlera du reste plus tard.

 

Quel est le premier bilan que vous tirez de vos échanges avec le groupe hier ?

 

Je viens avec de la confiance et c’est ça que je veux apporter aux joueurs. Moi et mon staff, nous devons travailler avec confiance pour la transmettre aux joueurs. Il faut croire en les capacités individuelles des joueurs pour les mettre au service du collectif car aucun joueur ne peut s’en sortir tout seul. Si on arrive à faire passer le collectif avant tout, Bastia atteindra ses objectifs.

 

Avez-vous commencé à regarder les matchs précédents ? Connaissez-vous les joueurs ?

 

Après mon expérience au Red Star, je suis resté en France, à Paris. J’ai continué à regarder beaucoup de matchs de Ligue 1 et je connais donc les joueurs. Maintenant il s’agit de faire le maximum pour gagner demain face à Nantes.

 

Le Sporting est plus qu’un club de football en Corse, c’est une institution, qu’avez-vous à dire aux supporters ?

 

Les supporters sont très importants, j’ai travaillé dans un club où il y avait 80 000 personnes au stade. Je sais que les supporters de Bastia sont une grande famille, c’est très important pour le club, la Corse mais aussi pour les joueurs et le staff. Nous aurons besoin d’eux demain et pour tous les autres matchs.

 

Après votre expérience au Red Star, vous imaginiez, 2 mois après, entraîner en Ligue 1 ?

 

La vie, ça va très vite, c’est le quatrième pays dans le lequel je travaille, il y a 12 ans j’étais champion à Zamalek, puis je suis retourné au Portugal, et maintenant je suis très content d’être ici.

Le plus important dans le football c’est le résultat, on m’a choisi et il reste 12 matchs pour maintenir Bastia. Je pense que dans l’avenir Bastia pourra faire plus que le maintien, mais pour l’instant nous devons nous concentrer sur cet objectif.

 

Quel est votre philosophie de jeu ?

 

Je ne vais pas aider Sergio Conceição avant le match (rires). Je le connais bien et il me connait aussi. Le principal c’est de faire passer mes idées aux joueurs, et ce, quel que soit la tactique.

 

Connaissiez-vous Bastia avant de venir ?

 

Je connaissais le club, au Portugal tout le monde connaît Bastia.

 

Est-ce la première fois que vous devez travailler dans l’urgence ?

 

C’est la première fois et je prendrais mes responsabilités. C’est à moi de m’adapter.

 

Il y a-t-il des modifications profondes entre la préparation d’un match de Ligue 1 et celle d’un match de Ligue 2 ?

 

Le niveau est différent mais la rigueur est la même, que ce soit en Ligue 2 ou en Ligue 1. La Ligue 2 en France c’est très difficile.

 

Avez-vous l’impression que les entraîneurs étrangers sont mieux cotés en Ligue 1 ?

 

Le football c’est international, j’ai vu la finale de la FA Cup en Angleterre, il y avait un entraîneur Français et un entraîneur Portugais. Je pense que c’est très intéressant de mélanger les nationalités, ça fait grandir le métier.

 

Que comptez-vous apporter au Sporting ?

 

Je pense apporter mon expérience acquise dans différents pays, mais aussi une certaine rigueur pour permettre à Bastia d’atteindre ses objectifs.

 

Quels sont les atouts de votre groupe ?

 

Je pense que nous devons profiter des matchs à domicile avec nos supporters. Ce sera notre plus grand atout. Nous devons être les rois à domicile.

 

L’enjeu principal c’est de redonner de la confiance au groupe ?

 

Oui, les joueurs doivent avoir confiance en eux, croire en leurs capacités. Chaque joueur doit comprendre exactement ce qu’il va faire sur le match, individuellement et collectivement. Nous serons plus forts si nous sommes ensemble, je veux voir une identité sur le terrain.

À lire également

Ricevete a lettera