Soirée cauchemar à Toulouse

Le Sporting Club de Bastia alignait une défense toute neuve ce soir sur la pelouse du Stadium. Mais c'est l'attaque qui se fait le plus remarquer dans ce début de rencontre. Allan Saint-Maximin avertit Lafont dès la 11e minute. A la 17e, c'est Prince Oniangué qui suite à un corner reprend un ballon qui est arrêté in extremis sur la ligne par le portier mauve. A la 20e, c'est Keita qui bien servi par Saint-Maximin tente sa chance, mais son tir ne fait pas mouche. Les tentatives bastiaises se font plus timides passées les 20 premières minutes. Et c'est Toulouse qui petit à petit, se met en ordre de marche, sans parvenir non plus à se montrer très dangereux. Mais à la 37e minute, un éclair de génie d'Andy Delort suite à un cafouillage dans la surface Bastiaise permet aux garonnais d'ouvrir la marque. Dans la foulée, Martin Braithwaite profite d'un contre favorable pour doubler la mise pour Toulouse. 

Après la mi-temps, les Bastiais reprennent espoir en réduisant la marque par Prince Oniangué dès la 53e minute. Mais à la 60e, c'est le coup dur pour le Sporting, Yannick Cahuzac écope d'un second jaune et est exclu. On sait que l'égalisation qui n'apparaissait pas évidente jusque là devient de plus en plus compliquée. Une demi heure à dix, les Bastiais n'avaient pas besoin d'un tel handicap. Et les tentatives Toulousaines se font évidemment plus présentes. Lassana Coulibaly tente sa chance à la 69e mais Lafont se couche bien. A la 74e minute un pénalty est sifflé pour les locaux, sur une faute de Saint-Ruf. Ce dernier récupère également d'un second jaune et rentrera rejoindre son capitaine aux vestiaires. Le Sporting finira le match à 9, et mené de deux buts après la transformation du pénalty par Braithwaite. La saison, et la soirée cauchemar continuent. A tel point qu'à la 86e, Oscar Trejo inscrit le 4ème but pour Toulouse. Malgré un scénario tragique, les Bastiais n'ont jamais baissé les bras. Mais l'addition est très salée, et l'équipe de François Ciccolini est plus que jamais en danger.

À lire également

Ricevete a lettera