Un Bastia-Monaco sous haute tension

Cette saison, on ne peut pas dire qu'il y ait un "bon moment" pour jouer Monaco. Que ce soit à domicile ou à l'extérieur, l'équipe du Rocher, leader de Ligue 1 et deuxième meilleure attaque d'Europe, n'a de pitié pour personne cette année. Au match aller, les Bastiais avaient tenu la dragée haute pendant une mi-temps et demie, avant de s'écrouler et de ramener cinq buts dans leurs valises. Mais aujourd'hui, il n'est pas envisageable de réaliser une prestation similaire, car le Sporting Club de Bastia est dix-neuvième de Ligue 1, bel et bien relégable, et n'a même pas le premier non-relégable à portée de tir. Engranger des points n'est donc plus une option, mais un impératif pour rester en Ligue 1. 

Et c'est dans ce sens que les joueurs de François Ciccolini devront préparer la rencontre de ce vendredi. Ce n'est pas un match de gala, ni un "derby méditerranéen". C'est un match pour la survie, où le visiteur du soir, tout Monaco qu'il est, doit être bousculé par l'escadron bleu en mal de résultats depuis désormais deux mois. En effet, la dernière victoire remonte au mois de décembre (nous étions toujours en 2016...) et aujourd'hui, le maintien de Bastia en Ligue 1 n'est plus une certitude. Il n'est nul besoin de se pencher sur les statistiques des deux équipes, le classement parle de lui-même : le premier contre l'avant-dernier, pas besoin d'expliquer donc qui est le favori. Pourtant les bleus devront rentrer sur le terrain comme s'il n'y avait d'autre possibilité que de vaincre. 

L'heure n'est pas à la résignation, ni au laisser-aller. Bien sûr, les indicateurs sont au rouge, tant sur le plan comptable, qu'au niveau des suspensions (Cahuzac, Saint-Ruf) ou des blessures. Bien sûr, rien n'est jamais simple quand on s'appelle Bastia. Mais rien n'est jamais perdu non plus, et si des centaines, des milliers d'accaniti garniront les travées de Furiani ce vendredi, c'est qu'ils y croient encore. Aux joueurs de prouver que leurs supporters ne se trompent pas. 

À lire également

Ricevete a lettera