Un nul au goût de victoire

Les Bastiais, comme contre Marseille lors du dernier match à Furiani, n'ont pas attendu longtemps pour faire vibrer les travées de Furiani qui résonnait plutôt creux pour un soir de derby. Dès la première minute une mauvaise relance de la défense niçoise a failli profiter à Gaël Danic qui, seul face aux cages, envoie le ballon plusieurs mètres au-dessus du but. Jean-Louis Leca se fait lui aussi remarquer dès la 10e minute, avec une belle sortie dans les pieds de Plea. A la 16e minute, le néo-bastiais Prince Oniangué, recrue du mercato Bastiais, s'offre son premier but et met le feu à Armand Cesari. Le Sporting est percutant au milieu de terrain et ne prend pas l'eau face au co-leader.

Mais il faut toujours se méfier face aux gros du championnat, et à la 21e minute de jeu, un coup-de pied arrêté rouge et noir a failli tourner mal pour les bleus. Premier avertissement. Le second n'arrivera malheureusement jamais : à la 33e minute, Arnaud Souquet égalise sur corner pour les Niçois. Prince Oniangué passe près d'inscrire un doublé à la 42e minute mais sa frappe est contrée par un pied noir et rouge.

Dès la reprise, les débats s'animent, avec Balotelli qui passe près du but puis Sadio Diallo qui manque une occasion en or, bien lancé par Danic. A la 66e minute, Yannick Cahuzac est expulsé pour avoir reçu un second jaune sur une charge sur Sarr. Dès lors le match n'est plus le même et les Bastiais vont subir. Sadio Diallo, l'attaquant du soir, cède sa place à la 72e à Florian Raspentino. 5 minutes plus tard, c'est Lenny Nangis qui remplace Gaël Danic. Le coach réorganise les siens tant bien que mal. Et la tactique tiendra jusqu'au bout. Les Bastiais héroiques arrachent un nul très important dans la course au maintien, face à un leader qui n'a pas brillé. 

À lire également

Ricevete a lettera