Un résultat à Toulouse pour rebondir

Le Sporting aura eu finalement plus de jours que prévu pour préparer son match dans la ville rose. Malheureusement, les Bastiais n'ont pu affronter Nantes à Furiani à cause de la météo, mais ce gain de temps n'est pas du goût de l'entraîneur qui affirme qu'il aurait été bien plus bénéfique de jouer ce mercredi, pour ne pas perdre le rythme. Un nouvel élément s'est invité pour contrecarrer l'opération maintien des bleus : la pluie. Après la neige à Nancy, le brouillard (heureux) à Rennes, voilà l'averse qui vient empêcher le ballon de tourner en rond. Pourtant, les joueurs, remontés à bloc après le discours des supporters en début de semaine, avaient à coeur de ne plus laisser filer un point sur leur terrain. Ce n'est que partie remise. Même si le prochain club à venir jouer à Armand-Cesari s'appelle Monaco, les bonnes intentions du groupe Bastiais tiennent toujours. Et elles devront tenir également ce samedi à Toulouse où le Sporting se déplace pour une partie dans laquelle il a tout à gagner. 

Le TéFéCé, c'est cette équipe qui l'an dernier, à la même époque, occupait comme le Sporting aujourd'hui la 19e place. Ils avaient 6 points de retard sur le premier non-relégable, le GFC Ajaccio. Une situation bien plus difficile que celle que connaît l'équipe de François Ciccolini actuellement. Et pourtant, chacun connait la suite. Une remontée fantastique et un maintien arraché à la dernière journée, dans un scénario hollywoodien. Notre hôte de demain est la preuve vivante qu'il est toujours possible de rebondir lorsqu'on touche le fond. Bastia, qui se déplace avec son pire total de point à ce stade de la compétition depuis son retour en Ligue 1 en 2012, a donc beaucoup à apprendre des Toulousains, qui cette année pointent à une honorable dixième place. 

Pour ce déplacement, le groupe Bastiais récupère Pierre Bengtsson, buteur sur coup-franc direct au match aller, qui revient de blessure. Alexander Djiku lui, ne sera pas du voyage, suspendu à cause de son mauvais geste en fin de match à Montpellier. Outre cette absence, François Ciccolini compte sur ses pièces maîtresses, notamment les vitaux attaquants Enzo Crivelli et Allan Saint-Maximin, ainsi que le capitaine Yannick Cahuzac ou encore l'ex-blessé Abdelhamid El Kaoutari. L'équipe de ce samedi devrait se rapprocher de l'équipe type que pourrait mettre en place l'entraîneur Bastiais. Sur le papier, cela a de l'allure, reste à savoir si l'état d'esprit sera de la partie. Pour Ciccolini, le problème principal est le fait de défendre trop bas, ce qui serait l'essence de la plupart des buts concédés par son onze. Il pointe aussi, et ce, de manière récurrente, le manque d'aide défensive de ses joueurs offensifs. Les défauts sont désormais connus et reconnus, si la malchance ne s'en mêle pas une fois de plus, gageons de croire qu'ils seront corrigés. 

Après le discours enflammé de Jean-Louis Leca en début de semaine avant le non-match contre Nantes, tâchons de croire que les erreurs seront gommées, que les imprécisions seront envolées, pour pouvoir développer un jeu efficace dans tous les secteurs au Stadium, et reproduire le résultat du match aller, le 10 septembre, où les bleus avaient battu les mauves deux buts à un à Furiani. Ci vole à sperà ! 

À lire également

Ricevete a lettera