Une rencontre capitale !

François Ciccolini peut souffler. Finie, la pénurie de défenseurs. Après des semaines, des mois de strazii pour composer son équipe, le voilà paré à affronter les plus grosses armadas offensives du championnat, avec des gaillards solides d'1m85 de moyenne. Cela a de quoi rassurer les supporters et tout le peuple bleu. Nicolas Saint-Ruf et Lindsay Rose, mais aussi le retour d'Abdelhamid El Kaoutari et d'Alexander Djiku, permettent en attendant la guérison du taulier Squillaci de voir venir, et de laisser au coach Cozzanais la possibilité de composer des équipes variées. "On n'est plus dans la gestion de l'effectif, on peut travailler normalement" déclarait-il en conférence de presse. C'est un soulagement. Reste désormais à connaître le nom de l'attaquant qui rejoindra le groupe avant mardi minuit. 

En attendant, ce match de Caen tombe à point nommé : une équipe qui est à égalité de points avec le Sporting, reçue à Furiani. Cela faisait depuis Metz en décembre qu'une telle opportunité d'engranger des points ne s'était présentée. Il s'agit d'un match où la victoire n'est pas une simple hypothèse mais une option plus qu'envisageable. Trois points permettraient de redonner confiance au groupe, mais aussi de prendre de l'avance sur un concurrent direct pour le maintien. 

Malgré les aléas, toujours présents lorsqu'on s'appelle Bastia, la rencontre de demain s'annonce sous de bons auspices. Pour ce match-ci la fermeture de la tribune Est suite à l'utilisation d'engins pyrotechniques contre Marseille et l'absence du capitaine Yannick Cahuzac, exclu contre Nice, seront les deux principaux handicaps. Mais cela ne suffira pas pour atteindre le moral de l'équipe ainsi que du staff qui sont désormais décidés à reprendre la pente ascendante en cet hiver 2017. On n'est pas encore dans un match à six points, mais la défaite sera interdite, et l'ambiance assurément au rendez-vous malgré la pluie. 

À lire également

Ricevete a lettera