Réginald Ray : « Être compétitifs et ambitieux »

Vous vous êtes engagé pour 2 ans, est-ce que ça veut dire que vous avez l’assurance que le Sporting évoluera en Ligue 2 la saison prochaine ?

Non car au jour d’aujourd’hui le Sporting est rétrogradé, il faut affronter cette situation. Il y a bien sur de grands espoirs que le Sporting reste en Ligue 2. J’ai signé en connaissance de cause, la situation est bien claire et je me suis engagé en connaissant tous les éléments. Forcément il y a une incertitude, il ne s’agit pas de l’occulter mais il faut tout d’abord faire une préparation digne de ce nom car du retard a été pris sur pas mal de domaines. La préparation a véritablement commencé mercredi avec un effectif diminué. C’est un ensemble de contraintes que je n’ai pas occulté, je suis venu en connaissance de cause.

 

C’est un pincement au cœur pour vous de revenir à Bastia ?

C’est plus que ça, pour tout vous dire je n’avais jamais envisagé de revenir un jour au Sporting. J’y ai vécu des moments magnifiques. Forcément lorsqu’on passe par le Sporting on y reste attaché. C’est une vraie fierté de me retrouver entraîneur numéro 1 du ce club. Je suis venu ici pour de bonnes raisons, j’ai envie d’avancer et de reconstruire avec le Sporting.

 

Est-ce la difficulté de la tâche qui vous a incité à revenir au Sporting ?

J’avais prévu de revenir en famille après avoir quitté la Paris FC en fin de saison. J’ai quitté le PFC en fin de saison, c’était une volonté de ma part j’étais arrivé au bout d’un fonctionnement, et dans la perspective de trouver un nouveau challenge, je suis rentré chez moi en famille à Biguglia. J’ai été contacté dimanche soir puis tout s’est fait très vite. Si ça n’avait pas été le Sporting, je pense que je n’aurai pas été aussi attentif à la proposition.

 

Le Paris FC, ça reste une expérience amère pour vous ?

Non, pas du tout, ce fut pour moi une expérience très enrichissante. Je les remercie car c’est le club qui m’a permis de m’exprimer pour la première fois en tant que numéro 1. Il y avait tout à reconstruire, avec 27 départs et 17 arrivées, il fallait reconstruire l’effectif à 90 %. Il ne nous a pas manquer grand-chose pour monter puisqu’on a fini barragiste. Pour plein de raisons, ça reste une expérience très enrichissante à tous les niveaux.

 

Nous sommes à 4 semaines de la reprise du championnat, combien de joueurs espérez-vous recruter ? Quels sont vos objectifs ?

L’objectif c’est d’être compétitif le plus rapidement possible. Après, un recrutement ça prend du temps. Il faut cibler les profils, cibler les joueurs, sentir chez eux une réelle envie de venir, tenir compte de la concurrence et du budget, et avoir l’assurance d’être en Ligue 2. Il y a un tas de données à prendre en compte, l’idée c’est d’être compétitif et ambitieux sur chaque match.

À lire également

Ricevete a lettera