Era un 5 di Maghju, 28 anni fà...

5 di Maghju

Era un 5 di Maghju, 28 anni fà...

le 05/05/2020 à 08:00
Imprimer

Il y a 28 ans, ce qui devait être l’une des plus grandes fêtes du football corse se transforma en son pire cauchemar... Era un 5 di maghju...

C'était un 5 mai, le soleil s'éteignait, tombait déjà la nuit. C'était un 5 mai, un soir de notre vie. Un soir où 19 personnes disparurent à jamais et 2357 autres furent blessées par passion et amour du football.

Per elli un ci ne scurderemu mai...

Si aujourd’hui, l’actuelle crise sanitaire et ses conséquences nous empêchent de nous recueillir pour rendre hommage à l’ensemble des victimes, blessés et familles touchées par la catastrophe du 5 mai 1992, toutes nos pensées sont naturellement tournées vers toutes les personnes meurtries dans leur chair par ce terrible drame.

Aujourd’hui, nous ne pourrons pas, comme nous le faisions chaque année, nous rendre au pied de la stèle commémorative pour rendre hommage à nos amis disparus, nous ne pourrons pas non plus nous rendre en l’Eglise Sainte-Marie de Bastia pour prier tous ensemble, mais cela ne doit pas nous empêcher de nous recueillir et de penser à toutes celles et ceux qui ont été victimes de cette catastrophe. Et surtout de ne pas oublier la grande victoire obtenue, il y a quelques mois, par le collectif de la catastrophe de Furiani avec l’obtention de la sacralisation de la date du 5 mai et le gel de l’ensemble des rencontres de football professionnel programmées un 5 mai.

Un combat de près de 30 ans remporté grâce aux efforts de femmes et d’hommes qui se sont battus pour que la France du football n’oublie jamais le 5 mai 1992.

"C’était un mardi 5 mai. Le soleil déclinait, l'ambiance montait"

À lire également