1 point pour la première

Resu Contu

1 point pour la première

le 24/07/2021 à 17:40
Imprimer

C’était le jour J à Furiani. Après de longs mois d’attente, le Sporting Club de Bastia retrouvait son Stade Armand-Cesari, mais aussi et surtout ses supporters, privés de Stade depuis près d’un an en raison de la crise sanitaire.

Ainsi, près de 8000 supporters avaient pris le chemin de Furiani cet après-midi pour soutenir le Sporting.

Les bleus entrent très bien dans leur match, en proposant beaucoup d’intensité. À la 7ème minute, Ducrocq centre, sans Controller le ballon, vers Robic qui reprend de la tête mais le ballon passe à côté. 2 minutes plus tard, Robic, dans la surface, donne le ballon en retrait pour Vincent qui frappe mais la tentative du milieu de terrain manque de puissance et ne trouve pas le cadre. À la 10ème minute, trouvé en profondeur, Schur sert Diongue en retrait ; le numéro 17 Bastiais prend sa chance à l'entrée de la surface mais le ballon est renvoyé par la défense. C’est finalement Nîmes qui, contre le cours du jeu, ouvre le score sur sa première occasion : Fomba coupe le ballon au second poteau sur corner et marque. Le Sporting, ne perd pas espoir et repart de l’avant : à la 27ème minute, Robic reprend le corner de Ducrocq de la tête mais ne trouve pas le cadre.

1 minute plus tard, Nîmes a l’occasion de doubler la mise mais Doucouré, trouvé en profondeur, butte sur Vincensini, bien sorti.

En toute fin de 1ère mi-temps, Diongue repique dans l’axe mais oublie ses partenaires et prend sa chance hors de la surface, sans succès. 0-1, c’est le score à la mi-temps.

Les bleus repartent tambours battants en seconde période et sont récompensés à la 49ème minute : Après un centre de Santelli, depuis la gauche, Diongue reprend superbement le cuir de volée pour égaliser.

Le Sporting, combattif, continuera de pousser sans parvenir à trouver le chemin des filets.

1-1 ce sera le score final, le SCB prend donc un point pour son retour au sein du monde professionnel. Malgré du déchet dans le jeu, les hommes de Mathieu Chabert, qui méritaient mieux, ont montré des choses intéressantes pour la suite.

À lire également