De quoi avoir des regrets

Resu Contu

De quoi avoir des regrets

le 11/08/2021 à 21:32
Imprimer

Touché de plein fouet par le Covid, le Sporting partait dans l’inconnu et sans aucune certitude avant sa deuxième sortie de la saison. Bien rentré dans le championnat après un bon nul face à Nîmes, les Bleus se voyaient coupés dans leur élan et privé de football pendant presque trois semaines. Et face à Nancy, l’un des outsiders du championnat, la question était de savoir dans quel état physique serait les hommes de Mathieu Chabert. Car malgré un début de saison raté des Nancéens cette rencontre s’annonçait compliquée pour les bastiais. Pourtant dès les premières secondes, le SCB mordait à pleine dent dans le ballon et imposait un rythme de folie. Bien poussé par plus de 10.000 spectateurs (record de la saison en Ligue 2 !), les Bleus étouffait leurs adversaires en début de rencontre. Et c’est tout naturellement que le Sporting allait ouvrir le score dans cette rencontre. Avec à la baguette un Salles-Lamonges intenable pour servir Quemper dont le centre trouvait la tête de Saadi pour une ouverture du score parfaite (12ème) ! Un but qui réveillait, quelque peu, Nancy mais Vincensini veillait au grain sur une frappe de Thiam (20ème). Un peu plus regroupé au milieu de terrain, les Lorrains perdaient un peu moins de duels dans cette seconde partie de première période mais les partenaires de Robic restaient extrêmement dangereux sur contre. À l’image d’un rush de Schur ponctué d’une belle frappe, difficilement détournée par Trott (30ème). Un Nathan Trott auteur d’un superbe arrêt, trois minutes plus tard, sur une frappe plein axe de Vincent, à l’issue d’une action collective millimétrée. Euphorique, fougueux, le Sporting maîtrisait parfaitement ce premier acte et avec un peu plus de précision aurait même pu faire le break juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, Mathieu Chabert effectuait un changement tactique avec la sortie d’Idriss Saadi et l’entrée en jeu de Kenny Nagera. Une façon pour le coach bastiais de gérer son effectif à l’orée d’une série de 4 matchs en dix jours. Pas encore forcément prêts physiquement, Saadi et Nagera se partageaient donc la rencontre à la pointe de l’attaque. Et dès ses premiers ballons, le joueur prêté par le PSG faisait apprécier ses qualités et surtout sa pointe de vitesse. Mais un peu trop gourmand, Nagera venait se heurter à l’arrière garde nancéenne (48ème). Bousculés, les visiteurs tentaient, tant bien que mal, de réagir. Et sur une mésentente au milieu de terrain, Biron servait parfaitement Jung. Mais la frappe du meilleur buteur de National, la saison passée, était repoussée sur la ligne par Sainati 54ème). Un avertissement qui s’expliquait notamment par le petit coup de mou physique ressenti à l’heure de jeu par les Bastiais. Il fallait d’ailleurs un grand Vincensini à la 70ème pour repousser un missile de Biron. Un Thomas Vincensini qui ne pourra rien sur un véritable coup du sort. Alors que Palun est victime d’une faute, Mr Gaillouste ne bronche pas, Thiam récupère le cuir et arme une frappe détournée qui prend malheureusement Vincensini à contrepied (76eme). Une égalisation totalement imméritée et surtout entachée d’une véritable erreur d’arbitrage ! Pas de quoi décourager les hommes de Mathieu Chabert qui repartaient immédiatement de l’avant. De quoi s‘offrir une dernière cartouche dans les arrêts de jeu. A la 93eme minute, Nagera lançait un sprint de 30 mètres pour se retrouver seul devant le gardien mais le jeune attaquant tergiversait trop et voyait cette incroyable opportunité s’envoler. Rageant pour un Sporting irréprochable dans cette rencontre et qui malgré les difficultés de ces dernières semaines aura montré qu’il avait le niveau.

Prochain rendez-vous face à l’ogre du Téfécé, samedi ! L’occasion de frapper un grand coup et de lancer la saison…

À lire également