Jacques Pasqualini (Express'Services) : « Le Sporting sera toujours le Sporting ! »

Partenarii

Jacques Pasqualini (Express'Services) : « Le Sporting sera toujours le Sporting ! »

le 02/06/2021 à 09:30
Imprimer

Jacques Pasqualini vous êtes le gérant de la société Express Services, pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

 

Express Services est une société qui s’occupe des transports de petits colis, de palettes et toutes sortes de marchandises dont tout le monde peut avoir besoin, aussi bien les particuliers que les professionnels. C’est une entreprise qui a plus de 30 ans et qui a été fondée en 1990.

Pour les salariés, l’effectif varie selon les saisons. Au minimum 15 salariés, au maximum 20-22 salariés. Cela dépend des périodes notamment en période estivale ou en avant saison où il y a beaucoup de demandes.

 

 

 

Nous venons de vivre et nous vivons encore une période extrêmement compliquée sur le plan humain et le plan économique. De votre côté, avez-vous été impacté par cette crise sanitaire dû au COVID-19 ?

 

Oui et non. Oui, car il y a eu beaucoup de stress, beaucoup d’interrogations, beaucoup d’inconnus, mais également une baisse d’activité en import. Comme les produits sanitaires étaient devenus prioritaires, nous avons eu du mal à faire rentrer la marchandise qui arrivait du continent à l’exception des produits médicamenteux ou à usage médical.

A l’inverse, j’ai pu minimiser l’impact de cette crise sanitaire et économique car beaucoup d’entreprises insulaires ont eu besoin de mes services. A titre d’exemple, beaucoup d’entreprises bastiaises ont eu besoin de livrer leurs clients régionaux sur Porto-Vecchio, sur Ajaccio, sur la Balagne, le Cortenais… En maintenant tous les postes de mes livreurs, j’ai donc pu honorer toutes les demandes et même plus.

 

 

Malgré toutes ces inconnues, vous êtes restés aux côtés du Sporting cette saison. Un geste fort de votre part pour lequel l’ensemble du club vous remercie. Pourquoi avoir, d’ailleurs, pris le risque de continuer à sponsoriser le SCB durant cette période compliquée ?

 

Lorsque l’on a besoin des gens, lorsque l’on a besoin de quelque chose, c’est dans la difficulté que l’on s’aperçoit sur qui l’on peut compter. Je ne fais pas de politique, j’aime le sport, j’aime le Sporting et s’il avait besoin de moi, dans la limite de mes possibilités, j’ai trouvé ça absolument normal d’être présent et de montrer tout ce que je pouvais faire pour eux et avec eux.

 

 

Qu’est-ce qui a fait que vous avez décidé de continuer à soutenir le SCB après leur descente en Nationale 3 ?

 

Le Sporting sera toujours le Sporting ! Tout simplement…

 

 

On vous sent très attaché au club. Que représente exactement le Sporting pour vous ?

 

 Ce club est vecteur de paix, de passion et de communion pour tout le peuple corse. C’est un club qui génère de l’amour, de la joie, de l’angoisse, de la colère et pleins d’autres sentiments qui font qu’il ne laisse pas indifférent. Partout où vous allez en Corse, partout où vous allez sur le continent, et sans prétention, partout où vous allez dans le monde, Bastia c’est Bastia.

Oui, il y a des grands clubs français, des grands clubs européens mais nous avons quelque chose qu’eux n’ont pas et je pense n’aurons jamais, et ça, c’est nous !

À lire également